Publicité
19 juillet 2019 - 09:00

Proposition de l'opposition officielle : gratuité du transport collectif pour les étudiants lavallois de 25 ans et moins

« Nous privilégions une approche concertée, basée sur les revenus » - Marc Demers

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval, Marc Demers, souhaite réagir au nom de son caucus, à la proposition de M. Claude Larochelle à l’effet que la Ville instaure la gratuité de la passe mensuelle d’autobus de la Société de transport de Laval (STL) pour les étudiants Lavallois de 25 et moins inscrits à un programme d’études postsecondaires à temps plein.

« Nous sommes d’avis que ce type de tarification sociale doit être mise en place par le gouvernement du Québec dont c’est la responsabilité de redistribuer la richesse. De plus nous privilégions une approche concertée avec l’ensemble de la région métropolitaine qui serait plutôt basée sur les revenus des usagers », a-t-il affirmé.

Rappelons que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a rendu public un rapport en mars dernier dans lequel elle précise ses orientations et attentes envers l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) en matière de tarification sociale du transport collectif. La Ville de Laval avait alors appuyé ces orientations. On peut y lire que « la tarification sociale s’inscrit dans une logique de redistribution de la richesse, elle doit obligatoirement être entièrement financée par le gouvernement du Québec. Un financement supplémentaire, suffisant, récurrent et indexé doit être prévu ».

Respecter la volonté des associations étudiantes

Le maire de Laval ajoute également qu’il partage l’avis de la quinzaine d’associations étudiantes qui ont milité pendant de nombreuses années pour que l’on retire le critère de l’âge aux étudiants. Rappelons d’ailleurs que le gouvernement du Québec a consenti en février 2016 un amendement à son projet de loi 76, portant sur la gouvernance du transport en commun dans la région de Montréal, afin que les étudiants puissent se prévaloir du tarif réduit dans les transports en commun même s’ils sont âgés de plus de 25 ans.

« S’il est vrai que nous avons offert la gratuité du transport collectif à tous les Lavallois  âgés de 65 ans et plus, c’est notamment pour les inciter à briser l’isolement en circulant plus  facilement dans la Ville. Nous voulions aussi favoriser l’utilisation des transports collectifs par cette tranche de la population, qui représente moins de 5 % des usagers. De plus, au moment de mettre en place cette mesure, la CMM n’avait pas encore étudié la tarification sociale en lien avec la mobilité. C’est d’ailleurs suite à cette mesure que la CMM s’y est intéressée. Ainsi, on ne peut comparer ces deux démarches.

En somme, nous ne sommes pas en faveur de cette proposition pour plusieurs raisons. Premièrement, ce type de mesure sociale devrait être mis sur pied par le gouvernement. Deuxièmement, elle nous apparait plutôt injuste envers les étudiants de plus de 26 ans. Troisièmement, elle fait fi des autres usagers qui pourraient avoir aussi bien besoin d’un rabais. Pensons aux nouveaux arrivants et aux chercheurs d’emploi notamment», a soutenu le maire Demers.

Grossière erreur de calcul de la part de l’opposition

Le maire a aussi rappelé que M. Larochelle a chiffré sa proposition dans ses communications à 6,5 M$ pour la Ville de Laval. Ce montant est erroné. Pour parvenir à cette somme, l’opposition officielle n’a pas tenu compte des étudiants lavallois qui se procurent d’autres types de passes mensuelles sur le territoire de L’ARTM que la seule passe de la STL. Or, la proposition inclut tous les étudiants issus de Laval. Une erreur de calcul de plus de 5,5 M$.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.