Publicité

2 août 2020 - 12:00

Prestation canadienne d’urgence

Justin Trudeau annonce la fin de la PCU et augmente l'aide pour les travailleurs étrangers temporaires

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Sans préciser quand le changement se fera, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau a annoncé que son gouvernement envisageait de transférer tous ceux qui reçoivent encore la Prestation canadienne d’urgence au régime d’assurance-emploi.

« Notre but, c’est de transférer tous ceux qui reçoivent encore la PCU au régime d’assurance-emploi. L’assurance-emploi devrait couvrir tous les Canadiens qui cherchent du travail », a indiqué en point de presse le premier ministre.

Le gouvernement Trudeau prévoit présenter son plan d’action au cours des prochaines semaines. La transition prévoira entre autres une prestation pour les travailleurs qui contractent la COVID-19 et pour les proches aidants. Quant aux personnes n’ayant toujours pas accès à la PCU, une prestation de transition sera offerte.

« Cette prestation va notamment prévoir un accès à la formation et permettre aux gens de retourner au travail et de gagner plus d’argent, tout en recevant des prestations », a ajouté Justin Trudeau. 

De l’aide pour les travailleurs étrangers temporaires

La ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, l'honorable Carla Qualtrough, et la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, l'honorable Marie-Claude Bibeau, ont annoncé ce vendredi, de nouvelles mesures gouvernementales pour atténuer l'impact des éclosions de COVID-19 sur les fermes.

Avec un investissement de 58,6 millions de dollars, le gouvernement compte renforcir le Programme des travailleurs étrangers temporaires et fait d'autres investissements pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs canadiens et étrangers temporaires contre la COVID-19 par les moyens suivants :

  • Injecter 7,4 M$ pour accroître le soutien aux travailleurs étrangers temporaires, y compris 6 M$ pour la sensibilisation directe menée auprès des travailleurs par les organismes de soutien aux travailleurs migrants;
  • Renforcer le régime d'inspection des employeurs, en particulier sur les fermes, et améliorer la façon dont les allégations et les dénonciations de non-conformité des employeurs sont traitées (notamment en procédant à une inspection) grâce à un investissement de 16,2 M$;
  • Consacrer 35 M$ afin d'accroître la santé et la sécurité dans les exploitations agricoles et dans les quartiers des travailleurs, de manière à prévenir la propagation de la COVID-19 et à intervenir. Ces fonds serviront directement à améliorer l'infrastructure des quartiers, des logements temporaires et d'urgence (sur le site ou en dehors), ainsi que l'équipement de protection personnel, les postes sanitaires et les autres mesures de santé et de sécurité. Les contributions non remboursables seront partagées à parts égales avec les demandeurs.

Le gouvernement s'emploiera également à établir des exigences de manière à ce que l'employeur puisse offrir de meilleures conditions de vie aux travailleurs.

Dans un premier temps, le gouvernement consultera les provinces, les territoires, les employeurs, les travailleurs et les pays partenaires sur une proposition concernant ces exigences pour le PTET dans les mois à venir, et collaborera avec eux pour mettre les changements en application. L'amélioration de l'hébergement pour les travailleurs étrangers aidera également à réduire le risque d'infection et de propagation de la COVID-19 parmi eux.

Quant aux migrants qui travaillent dans les champs, Ottawa a annoncé un investissement de 59 millions $ dans le domaine de la santé et de la sécurité. Ce coup de pouce est destiné à l’augmentation du nombre d’inspections et à l’amélioration des services d’urgence auprès de ces travailleurs étrangers.

Selon le premier ministre, Ottawa offrira bientôt pour les travailleurs étrangers temporaires un certain nombre de mesures comme l’élaboration de critères obligatoires pour améliorer leurs conditions de vie.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.