Publicité

26 octobre 2020 - 11:00

Deux pas de géant pour la protection de l’environnement

La Ville de Laval fait l’acquisition de deux grandes îles de la rivière des Mille Îles

Par Salle des nouvelles

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de la région de Laval, Benoit Charette et le maire de Laval, Marc Demers ont annoncé l’acquisition de deux grandes îles de la rivière des Mille Îles, soit l’île aux Vaches et l’île Saint-Pierre.

Les deux îles ont été cédées à la Ville pour un coût total de 21,9 M$. Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation a octroyé une aide financière de 7 M$ pour cette acquisition. Sur la valeur restante, la Ville de Laval cède un terrain d’une valeur de 10 M$ situé sur la rue des Pélicans, dans le secteur Duvernay, et verse un montant de 4,9 M$ à l’entreprise Parc des trois îles, une filiale de la compagnie Investissements Monit. La Ville remercie d’ailleurs le gouvernement du Québec et la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation pour leur contribution essentielle au montage financier.

L’achat de ces deux îles confirme l’engagement de la Ville en matière de protection de l’environnement. En effet, ces îles offrent une grande variété d’habitats et elles accueillent une flore et une faune riches et diversifiées comprenant de nombreuses espèces rares ou en péril. En outre, elles possèdent toutes deux une diversité végétale impressionnante avec des écosystèmes forestiers exceptionnels, dont un peuplement d’érables noirs sur l’île aux Vaches.

Un plan d’aménagement sera réalisé par la Ville de Laval. Éventuellement, les citoyens pourront y accéder pour y accomplir des activités écoresponsables, comme la marche, le cyclisme et le kayak.

« Une pareille annonce restera longtemps gravée dans notre mémoire. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut remettre deux très grandes îles situées en pleine région métropolitaine de Montréal au domaine public! C’est une contribution de 7 M$ de notre gouvernement qui sera bénéfique à tous les citoyens lavallois, et j’en suis très fière », a affirmé la ministre Laforest.

« Les Lavallois pourront profiter de ces lieux riches pour leurs écosystèmes. Il s’agit également d’une très bonne nouvelle pour toute la communauté, et je tiens à saluer la Ville de Laval pour l’initiative et pour son engagement dans la protection de notre environnement et de nos espaces verts. Ces îles s’ajoutent à la richesse du territoire de Laval, en plus d’être un legs pour les générations futures », a expliqué le ministre Charette. 

« Nous sommes très fiers de l’aboutissement de ce projet ! Après tout, il s’agit de l’un de mes premiers engagements électoraux de 2013. L’achat de ces deux îles représente réellement deux pas de géant en matière de protection de l’environnement. En terminant, je tiens à remercier le gouvernement du Québec, particulièrement le ministre des Finances et ancien ministre responsable de la région de Laval, Eric Girard, ainsi que la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, pour avoir contribué grandement à faire de ce projet une réalité », s’est enthousiasmé le maire de Laval, Marc Demers.

Une démarche citoyenne qui porte fruit après 12 ans
Depuis 2008, à l’initiative d’Huguette Larochelle, le groupe citoyen Sauvons nos trois grandes îles s’est organisé pour la protection de celles-ci. Rappelons qu’en 2010, le groupe déposait une pétition à l’Assemblée nationale de plus de 41 000 signataires pour demander l’achat et la protection de trois îles, dont l’île aux Vaches et l’île Saint-Pierre. La concrétisation de cette demande, après 12 ans, est un événement très important aux yeux de l’organisme.

« J’avoue que j’ai été estomaquée d’apprendre la bonne nouvelle », affirme Huguette Larochelle. « L’achat de l’île aux Vaches et de l’île Saint-Pierre marque un jalon important de mon engagement, qui remonte au début des années 1990. Comme vous pouvez le deviner, au cours des dernières décennies, nous avons présenté ce projet à plusieurs élus dans tous les paliers de gouvernement. Il me semble donc naturel de remercier chaleureusement M. Demers, Mme Laforest et M. Charette. Enfin! On peut dire que les générations actuelles et futures pourront jouir d’un patrimoine environnemental exceptionnel », a-t-elle résumé.

« Je me suis fait un devoir d’appeler moi-même Mme Larochelle pour lui annoncer la bonne nouvelle. Après près de 30 ans de militantisme, ses efforts portent enfin fruit. À ce stade-ci, je pense que Mme Larochelle pourrait donner des cours universitaires sur la détermination et l’engagement citoyen! », déclare Marc Demers en souriant.

Faits saillants sur les îles aux Vaches et Saint-Pierre :

– Ces deux îles font partie de l’archipel Saint-François. Cet archipel représente un élément unique dans le paysage urbain du sud du Québec par son assemblage de forêts, de boisés, de rives, de marais, de marécages et d’herbiers.

– L'île aux Vaches se démarque par l'abondance et la diversité des amphibiens qui s'y trouvent et la présence de grands mammifères.

– L'île Saint-Pierre offre des habitats supplémentaires aux grands mammifères et aux oiseaux, mais elle offre également un potentiel intéressant pour la faune ichtyologique.

Dans un contexte de milieu urbain, la grande superficie des habitats naturels et la présence d’un corridor faunique majeur confirment la valeur écologique des îles de l’archipel Saint-François. Leur potentiel de conservation a été reconnu à maintes reprises au cours des dernières décennies et semble encore plus important à ce jour.

PHOTO - De gauche à droite : Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de la région de Laval, Christopher Skeete, député de Sainte-Rose, Marc Demers, maire de Laval, et Huguette Larochelle, présidente de Sauvons nos trois grandes îles, posant fièrement devant l’île aux Vaches.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.