Publicité

2 décembre 2020 - 13:00

Saint-François

Déconstruction du centre communautaire Saint-Noël-Chabanel

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Les citoyens de Saint-François et de Duvernay-Est auront probablement remarqué que l’ancien centre communautaire Saint-Noël-Chabanel a été déconstruit à la fin du mois de novembre.

Le bâtiment, fermé depuis 2010, était vétuste et non sécuritaire. La Ville de Laval analyse actuellement la vocation du site vacant alors que s’amorcent les travaux préliminaires à la réalisation du centre de services de proximité de l’Est (CSPE) dans le même secteur.

« C’est une bonne nouvelle puisque l’on peut désormais se pencher sur l’avenir de ce site, qui sera gazonné au printemps 2021 en attendant qu’une décision soit prise quant à son usage. Différents scénarios que l’on ne peut dévoiler pour l’instant sont à l’étude. Je suis heureux de constater que le secteur est plus que jamais en effervescence. On peut maintenant affirmer que Saint-François est en route vers un meilleur avenir », a mentionné Éric Morasse, membre associé du comité exécutif et conseiller municipal de Saint-François.

Le 10 novembre dernier, plus de 80 citoyens ont participé à une soirée virtuelle d’information et d’échanges où l’on a présenté les croquis du centre de services de proximité de l’Est (CSPE), un bâtiment qui aura près de 4 400 m2.

Ce dernier abritera des espaces communautaires, une salle de diffusion, le poste de police de quartier ainsi que la bibliothèque Marius-Barbeau – qui est incluse dans le programme d’intervention du Plan directeur 2020-2036 des Bibliothèques de Laval.

La présentation complète du concept du futur CSPE ainsi que l’enregistrement de la soirée d’information ont été déposés sur le site Web Repensons Laval.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.