Publicité

26 janvier 2021 - 15:00

Pression sur les épaules de Justin Trudeau

Doit-on s’inquiéter des nouveaux variants de la COVID-19 ?

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Après les appels répétés de François Legault au premier ministre canadien, Justin Trudeau, et les recommandations de 100 experts, la fermeture des frontières afin de limiter l’entrée de nouveaux variants de la COVID-19 est sérieusement envisagée par Ottawa.

« Les variants inquiétants constituent un danger clair et actuel pour la sécurité sanitaire et le bien-être économique du Canada », indique un rapport intitulé Protéger les Canadiens contre l'importation de variants inquiétants, signé par 100 épidémiologistes, virologistes, médecins, chercheurs et professionnels des soins de santé.

Les variants Britanniques et Sud-Africains, qui ont fait leur entrée peu avant la fin de l’année 2020 au pays, pourraient bientôt prendre le dessus étant donné leur haute contagiosité. Selon une étude du groupe de surveillance des virus respiratoires du ministère de la Santé du Royaume-Uni, le variant britannique pourrait être jusqu’à 30% plus mortel. La souche sud-africaine serait quant à elle plus résistante face au système immunitaire et remet en doute la véracité des vaccins développés jusqu’à présent. Des études sont en cours. 

Très peu de cas ont été recensés jusqu’à maintenant au Canada. La majorité de ceux-ci ont fait leur percée dans la province de l’Ontario. 

Accroître les restrictions aux voyageurs
Un sondage Léger indique un large consensus dans la population, soit 76 % des Canadiens, en faveur de l’arrêt des voyages non essentiels. Cela fait écho à l’appel du premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse d’hier. « Quelqu’un qui prend un forfait dans un tout-inclus à Punta Cana, est-ce un besoin essentiel? La réponse est non. Dans la situation où on est, on ne peut pas accepter ce genre de voyage », a-t-il déclaré.

Le comité d’expert, tout comme M. Legault, recommande d’envisager sérieusement une quarantaine dans un hôtel. Plusieurs législatures comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande arrivent à bloquer les variants de la COVID à leurs frontières. « Si des contrôles insuffisants aux frontières permettent à des mutations dangereuses de la COVID d'entrer au Canada, on risque de mettre en péril tout le travail difficile et les sacrifices de millions de Canadiens », explique Robert Greenhill, cofondateur du COVID Strategic Choices Group.

Le premier ministre, Justin Trudeau, reste encore très vague sur l’application de règles plus restrictives à l’endroit des voyageurs. « Comme je l’ai dit aux premiers ministres, on est prêts à prendre des mesures encore plus strictes s’il le faut. Ensemble, on a discuté de la gamme d’options sur la table présentement. Parce que quand il est question de sécurité, on n’exclut aucune possibilité », indique-t-il. M. Trudeau n’écarte donc pas la mise en quarantaine obligatoire dans un hôtel en territoire canadien aux frais des voyageurs. Des annonces sont attendues au courant de la semaine.

Détection des nouveaux variants au Québec

Comme rapporté dans le magazine Québec Science, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) dit prêter attention aux nouveaux variants du coronavirus par le séquençage d’échantillons de patients testés positifs. Les 80 sites de dépistage du Québec envoient des éprouvettes vers une biobanque de Chicoutimi, où de 5% à 10% d’entre elles seront par la suite séquencées.

Cette technique permet de passer à travers tout le génome, c’est-à-dire les gènes, du virus afin de détecter toutes anomalies par rapport au modèle déjà existant. Ces dernières représentent des mutations. Il est ensuite possible de les comparer avec les données de la souche britannique. Le LSPQ pourrait aussi découvrir un variant québécois. Les virus mutent constamment et cette éventualité n’est pas écartée.

Le laboratoire cible ainsi les échantillons de manière aléatoire, mais porte une attention particulière aux cas de réinfection, ce qui pourrait indiquer une contamination aux nouvelles souches. Les données sont encore à l’étude, mais elles devraient être rendues publiques dans les prochaines semaines. 

À lire également

Nouvelle souche de COVID-19 : doit-on s’inquiéter ?

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.