Publicité

4 février 2021 - 09:30 | Mis à jour : 09:30

Nouveaux pouvoirs pour les pharmaciens depuis plus d'une semaine

Quels sont les nouveaux actes possibles à votre pharmacie ?

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Avec la mise en vigueur de la Loi 31 depuis plus d'une semaine, il est maintenant possible pour les pharmaciens de remplir des fonctions que seuls les médecins pouvaient faire auparavant, et ce sans frais de franchise aux patients. 

L’évaluation de la condition physique et mentale d’une personne afin d’assurer l’usage approprié des médicaments est au cœur de la nouvelle loi.

Un pharmacien pourra collecter les données nécessaires, par un questionnaire, des prélèvements, qui ne se limitent qu’au pharynx, et la consultation du dossier médical pour amorcer ou modifier la prescription d’un médicament. 

Les ordonnances ont la possibilité d’être prolongées si nécessaire. Le pharmacien pourra changer la dose, la voie d’administration ou la posologie d'un médicament selon l’évaluation du patient. 

Il sera maintenant possible de remonter jusqu’à cinq ans dans le dossier d’un patient, alors que les pharmaciens étaient limités à un an jusqu’à tout récemment. Par exemple, une femme qui fait des vaginites à levure à répétition pourra se refaire prescrire le médicament approprié sans aller voir un médecin. Il y a toutefois une exception pour les hémorroïdes et une candidose orale qui se limitent à deux ans. 

Tous problèmes de santé mineurs, comme:

  • un érythème fessier;
  • une infection à l’herpès;
  • de l’eczéma;
  • de l’acné mineure;
  • des maux d’estomac;
  • et plusieurs autres

La prise en charge des nausées et vomissements, seulement considérés auparavant pour les femmes enceintes, sera aussi élargie à l’ensemble de la population. 

Situation d’urgence: VIH, zona et maladie de Lyme

Une personne ayant eu une exposition à risque avec une personne séropositive, avec une aiguille ou une relation sexuelle, pourra recevoir la prophylaxie post-exposition contre le VIH, qui doit s’administrer dans les 72 heures après un contact. Elle permet de réduire le risque d’infection de plus de 80%. Cela n’est qu’un exemple de ce qui peut administrer en situation d’urgence. 

Le traitement contre le zona fait aussi partie de la liste. Les personnes ayant contracté le virus n’ont une fenêtre que de 48 heures avant d’amorcer une thérapie.

Un homme, par exemple, qui arriverait avec une énorme éruption cutanée dans le dos pourrait déjà recevoir un antiviral avec une consultation postérieure avec un médecin. C’est aussi le cas de la maladie de Lyme après une morsure ou la présence d’un tic dans la peau. 

Pratiques préventives 

Même si la prévention pour la santé des voyageurs était déjà enclenchée depuis plusieurs années, d’autres actions préventives pourront être débutées. 

Un traitement accéléré peut être enclenché pour les partenaires à risque pour une infection transmissible sexuellement ou par le sang (ITSS). Les pharmaciens auront la chance de prescrire des tests de dépistage ou des prises de sang, et ce pas seulement que pour les ITSS. 

Les personnes à risque de développer des complications à l’influenza ou grippe saisonnière auront droit à des prescriptions d’antiviraux. 

La demande de moyens de contraceptions n’a plus besoin d’être faite à un médecin ou autre professionnels. Des traitements hormonaux, comme la pilule, sont désormais disponibles en pharmacie. D’autres traitements préventifs, dont la cessation au tabagisme, s’y ajoutent, en plus de l’administration de vaccins. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.