Publicité

24 septembre 2021 - 07:00

En mode virtuel

Le DPJ de la Montérégie présente son bilan annuel

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

C’est sous la thématique « Les enfants, notre priorité! » que ce 18e bilan des DPJ a été présenté aux médias en mode virtuel. Malgré le contexte actuel, les équipes se disent déterminés à améliorer ce qui doit l’être et à mettre en lumière leur engagement renouvelé, solide et immuable pour lutter contre la maltraitance des enfants.  

Un accent particulier est mis sur le travail titanesque accompli au cours de la dernière année par les intervenants et leurs collaborateurs. Investis auprès des jeunes, ils ont fait preuve de proactivité pour aider et demeurer en lien avec les enfants et leur famille. Leur présence attentive et leurs interventions ont permis de bien prendre soin des enfants et d’éviter de nombreux drames. 

Statistiques provinciales 2020-21 : 

- Nombre de signalements traités : 117 904, soit 323 situations d’enfant signalées/jour. C’est une très légère diminution des signalements traités comparativement à l’exercice 2019-2020. 

- Nombre de signalements retenus : 44 728. C’est une hausse des signalements retenus de 2,7 % comparativement à l’exercice 2019-2020. 

- Le taux de rétention des signalements est de 37.9 %. L’an dernier il était de 36,8 % et en 2918-2019 de 39.3 %.  

- Les signalements proviennent toujours en majorité des employés d’organismes publics (33 %); les proportions n’ont presque pas bougé par rapport aux années précédentes.  

- Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par le DPJ est toujours le milieu familial (55,4 %). On constate par ailleurs qu’une plus grande proportion d’enfants demeure avec une personne significative (13 %). 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.