Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 décembre 2018 - 21:09

Texte commandité

Ubisoft et Yannis Mallat ont de grandes ambitions pour 2025

Le 27 novembre dernier, Yannis Mallat, PDG des studios canadiens d'Ubisoft, est monté sur la scène de la Chambre de Commerce de Montréal pour dévoiler les objectifs ambitieux pour l’horizon 2025 du géant du jeu vidéo et leur impact non seulement sur l'entreprise, mais sur l'industrie elle-même ainsi que sur le développement de l'économie du Québec.

 

La présentation a donné au public un aperçu de la taille et de l'influence de l’industrie vidéoludique. Les studios canadiens d'Ubisoft prévoient de capitaliser sur les nouveaux modèles d'affaires pour atteindre 200 millions d'acteurs actifs par mois, dans un paysage industriel en constante évolution.

 

« Le jeu vidéo d’aujourd’hui est devenu une expérience de socialisation en continu où le joueur est libre de créer sa propre histoire dans un monde virtuel où tout est possible. Autrefois, la relation était entre le joueur et sa console, maintenant, l’expérience se passe entre des joueurs et d’autres joueurs ».

 

M. Mallat a ensuite dévoilé la nouvelle stratégie d'Ubisoft, qui met l’accent sur le service plutôt que sur le produit. La communauté des joueurs d'aujourd'hui est plus intéressée à approfondir l'expérience du jeu, à créer son propre univers et prendre ses décisions. « Nous passons d'un produit à un service, les gens jouent à moins de jeux, mais ils y restent immergés beaucoup plus longtemps », explique M. Mallat.

 

Avec l'élargissement de l'audience des jeux vidéo et grâce à l'essor des jeux mobiles et des méga-succès comme Candy Crush, il est devenu évident que la plateforme sur laquelle ces jeux sont lancés est de moins en moins un facteur de succès. Au lieu de cela, c'est la combinaison d'un gameplay séduisant, d'une rejouabilité et de mises à jour régulières qui maintient un jeu célèbre auprès de son public.

 

Rainbow Six Siege d'Ubisoft est le titre qui représente le mieux ce phénomène. Lancé en 2015, le jeu de tir tactique multijoueur en ligne à la première personne met l'accent sur le travail d'équipe et la stratégie dans des environnements rapprochés. À sa sortie, de nombreux critiques ont noté la lenteur des ventes et un lancement peu enthousiasmant. Pourtant, le jeu a continué à acquérir petit à petit de nouveaux joueurs qui se joignaient au fur et à mesure que de nouveaux contenus DLC téléchargeables étaient ajoutés. En août 2017, le jeu comptait 2,3 millions de joueurs quotidiens et 20 millions de joueurs inscrits. La philosophie d'Ubisoft d'aborder un jeu « comme un service » leur a permis de prolonger la durée de vie d'un titre comme Rainbow Six et de le voir grandir et évoluer au fil du temps.

 

Aujourd'hui, l'entreprise tend à se préparer à ce que l'avenir réserve à l'industrie. Ubisoft prévoit d'investir davantage dans les jeux mobiles et le streaming en ligne. Le studio de Québec d'Ubisoft s'est récemment associé à Google pour collaborer sur Project Stream, une plateforme qui permettrait à une personne de jouer sur n'importe quel appareil disposant d’une connexion Internet. Le projet est actuellement en phase de test bêta aux utilisateurs aux États-Unis, leur permettant de jouer au dernier jeu d'Ubisoft, Assassin's Creed Odyssey, depuis l’appareil de leur choix.

 

Ubisoft s'est également associé à Tencent, un conglomérat chinois dont les investissements en font l'une des plus grandes sociétés de jeux vidéo au monde et un acteur majeur du marché de l'Internet dans son pays. Le marché potentiel du pays vaut des centaines de millions de dollars.

 

« Ça nous a pris 20 ans pour nous rendre à 20 millions, on s’en donne 7 pour atteindre 200 millions », a précisé M. Mallat. « C’est vraiment très ambitieux, nous en sommes conscients ».

 

Le développeur de jeux vidéo de plusieurs milliards de dollars conçoit que la clé de son succès a été les talents desquels il s'est entouré, pour lesquels beaucoup viennent de la belle province. Pour continuer à investir dans l'économie du savoir qu'Ubisoft a basée à son siège social depuis 20 ans, le concepteur de jeux vidéo prévoit de continuer à investir dans le bassin de talents de Montréal.

 

« L’éducation est et restera le principal moteur du développement économique du Québec et de Montréal au 21e siècle », a déclaré M. Mallat.

 

La société a investi 5 millions de dollars dans le fonds de capital-risque White Star Capital dans le but d'investir dans des startups locales. Mallat a également braqué les projecteurs sur Ubisoft Education, un programme ayant établi des partenariats stratégiques avec six universités et organismes québécois, qui ont pour vocation d’enseigner aux enfants à coder. Ces partenariats permettront également aux doctorants et chercheurs d'accéder aux données d'Ubisoft et de les utiliser pour leurs recherches.

 

La vision de M. Mallat pour Ubisoft dépasse les jeux vidéo en tant que tels et considère l'éditeur comme une porte d'entrée pour intégrer les avancées technologiques dans la tendance dominante et améliorer la qualité de vie. L'une des entreprises dans laquelle Ubisoft a investi est Dialogue, une entreprise qui introduit l'intelligence artificielle en salle d'urgence. Technologie prometteuse, Dialogue a été adoptée par le CHUM dans le cadre d'un projet pilote. Le programme met en place un système de triage qui accorde la priorité aux patients en fonction de l'urgence et de la gravité de leurs problèmes médicaux, optimisant le processus et réduisant les temps d'attente.

 

« C'est ainsi que nous contribuons concrètement, cela crée de la valeur », a-t-il déclaré avec fierté.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.