Publicité

4 décembre 2020 - 09:00

Alco Prevention Canada

Un pulvérisateur électrostatique de désinfectant fabriqué à Laval

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

L'entreprise Alco Prevention Canada, détenteur d'une licence de Santé Canada, a lancé cette semaine le seul pulvérisateur électrostatique fabriqué au Canada, ici même, à Laval.

Aux dires du fabricant, ce pulvérisateur (le Pax-100) présente « des avantages inégalés qui font en sorte que sans dénigrer les appareils similaires provenant de l'extérieur du pays, il n'a aucun point de comparaison possible avec ceux-ci. Également, souvent ces appareils présentent des lacunes importantes au niveau du service à la clientèle, ce qui n'est pas le cas avec le Pax-100 » avise-t-on par voie de communiqué de presse.

La pulvérisation électrostatique constitue présentement une des technologies les plus puissantes sur le marché pour détruire les germes. Ce travail s'effectue donc avec un pulvérisateur, un outil qui ressemble à un gros pistolet.

« En fait, notre pulvérisateur Pvous permettra de désinfecter rapidement votre milieu de travail puisqu'il distribue également et efficacement le désinfectant hydrosoluble, contrairement à plusieurs autres pulvérisateurs. C'est un outil de désinfection dont nous sommes fiers d'offrir en raison de sa qualité, sa fiabilité, du service à la clientèle et bien entendu, de sa fabrication québécoise.», de mentionner Stéphane Maurais, directeur général chez Alco Prevention Canada.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.