Publicité

16 juin 2021 - 15:00

360 000 $ sur 2 ans

Laval renouvelle sa subvention au Centre québécois d’innovation en biotechnologie

Par Catherine Deveault

Fleuron de la Cité de la Biotech, le Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB) se voit renouveler la subvention de 360 000 $ sur 2 ans par la Ville de Laval pour 2021-2022. Cette aide permettra à l’incubateur de poursuivre sa croissance dans ses activités de soutien à de jeunes entreprises dans les secteurs des sciences de la vie et des technologies de la santé.

« Depuis sa création, il y a 25 ans, le CQIB est devenu une référence dans l’accompagnement des entreprises en démarrage en sciences de la vie, ici et à l’international. Le succès du CQIB est remarquable ! L’incubateur a d’ailleurs atteint un sommet, avec 17 entreprises en démarrage depuis 1 an, et la demande pour de nouveaux espaces est en forte croissance. Les derniers mois démontrent hors de tout doute qu’il faut savoir assumer un leadership dans le domaine des sciences de la vie. C’est ce que nous faisons », affirme Stéphane Boyer, maire suppléant, vice-président du comité exécutif et responsable du développement économique.

« Nous sommes très heureux de l’engagement de la Ville de Laval à soutenir le développement d’entreprises en sciences de la vie au CQIB. En près de 3 ans, les entreprises graduées de notre incubateur ont créé plus de 70 000 pieds carrés de nouveaux laboratoires à Laval. C’est le résultat tangible de la contribution de la Ville de Laval au CQIB », mentionne Perry Niro, directeur général, Centre québécois d’innovation en biotechnologie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.