Publicité

9 mars 2015 - 18:00

Gastronomie

Boucher double, un apportez votre vin haut de gamme

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Le restaurant Boucher double a ouvert le 26 janvier dernier dans le quartier Sainte-Rose, à Laval. Et, après seulement deux mois d'existence, le bilan est plus que positif.

Le restaurant affiche complet toutes les fins de semaine et emploie sept personnes.

Deux jeunes hommes sont à la tête de l'établissement : le chef et propriétaire, Pierre-Alexandre Kapuskta, 28 ans et le maître d'hôtel, Charles Legendre, 32 ans.

Selon eux, le Boucher double n'a que très peu de concurrence à Laval

"On ne cherche pas à avoir le meilleur prix", dit Pierre-Alexandre.

Le chef dit favoriser les légumes de saison et encourager le marché local. Selon lui, c'est la qualité des produits qui fait la différence.

"On n'utilise pas de fond de veau en poudre, on fait tout nous même", dit-il.

Leur spécialité est le boeuf vieilli "style Queue de cheval", ajoute Charles, faisant référence à l'établissement montréalais, "mais plus abordable".

Brunchs

Pierre-Alexandre et Charles ont tous les deux étudié à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec. Ils ont ensuite travaillé ensemble dans les restaurants Europea et Beaver Hall à Montréal.

Le duo a monté le restaurant Boucher Double grâce à l'investissement de Marc-André Paradis et Georges Blais qui possèdent en tout 10 établissements dont les Canailles, Le Wellington ou encore le Dure à Cuire.

Fort de son succès, le Boucher Double offrira dès le mois prochain des brunchs de fin de semaine "sans tomber dans le deux-oeufs-bacon", ajoute Pierre-Alexandre.

Informations : Boucher Double

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.