Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 septembre 2018 - 13:28

Expliquer scientifiquement le racisme au Musée Armand-Frappier

Par Salle des nouvelles

C’est en présence de nombreux dignitaires que le Musée-Armand-Frappier a officiellement inauguré sa toute nouvelle exposition temporaire Nous et les autres - Des préjugés au racisme. Il s’agit d’une adaptation d’une exposition conçue et réalisée par le Musée de l’Homme, l’un des sites du Muséum national d’Histoire naturelle de France. Elle a reçu le patronage de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

Aux croisements de la biologie, de l’histoire et de la sociologie, l’exposition permet de comprendre scientifiquement ce qu’est le racisme, de même que comment et pourquoi ce phénomène se met en place dans nos sociétés.

L’exposition fait également état des connaissances actuelles sur le sujet, notamment celles qui touchent la génétique humaine, et qui confirment que la notion de race n’est pas valide scientifiquement chez l’humain. Les neurosciences y sont aussi à l’honneur, alors que les phénomènes cognitifs pouvant conduire aux préjugés sont démystifiés et les impacts sur la santé révélés.

Accompagnés des animateurs, les visiteurs de tous âges participeront activement à des ateliers animés en contexte d’exposition et à des activités au laboratoire. Ces ateliers leur feront apprécier la diversité humaine et du monde vivant et leur donneront assurément le goût de prendre soin d’eux-mêmes et des autres.

Enrayer la frontière symbolique entre nous et les autres

Cette exposition apporte un éclairage scientifique sur un sujet complexe et essentiel. « Elle permet au Musée, dont la mission est de favoriser la compréhension d’enjeux scientifiques reliés à la santé humaine, de valoriser notre humanité commune et de contribuer au bien-être des individus », a souligné Guylaine Archambault, directrice générale du Musée.

« Je suis particulièrement ravie que cette exposition soit sous le patronage de la Commission », a déclaré Mireille Apollon, vice-présidente de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

« L’exposition aborde les questions de racisme et de discrimination à la fois de manière novatrice et inspirante ». « Cette nouvelle exposition est fabuleuse et bouleversante. Elle place l’humain au centre. Elle déboulonne les préjugés, désenclave les esprits, ouvre les cœurs. À voir absolument ! », a soutenu le maire de Laval, Marc Demers.

Le comité scientifique et consultatif bénévole

Ayant à cœur la rigueur des contenus qu’elle diffuse, l’équipe du Musée s’est entourée de scientifiques pour élaborer sa programmation. Ainsi, les activités animées et les scénarios de visite ont été validés par un comité scientifique dont font notamment partie Rachida Azdouz, psychologue spécialisée en relations interculturelles et chercheuse à l’Université de Montréal, Annick Germain, chercheuse en sociologie au Centre Urbanisation Culture et Société de l’INRS, Luc-Alain Giraldeau, biologiste et directeur général de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Widia Larivière, agente d’éducation et de coopération à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Caroline Ménard, chercheuse en neurosciences à l’Université de Laval et Jean-Claude Simard, historien des sciences de l’Université du Québec à Rimouski.

L’exposition Nous et les autres – Des préjugés au racisme est présentée depuis le 15 septembre 2018 au Musée Armand-Frappier, situé au 531, boulevard des Prairies à Laval. Site Internet : musee-afrappier.qc.ca.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.