Publicité

21 décembre 2020 - 15:00

Entrée en vigueur le 1er février 2021

Abolition des frais de retard dans les bibliothèques de Laval

Par Salle des nouvelles

La Ville de Laval vient d'annoncer aux usagers de ses bibliothèques qu’elle abolira les frais de retard à compter du 1er février 2021.

Cette décision a été rendue lors du conseil municipal du 17 décembre. Par l’implantation de cette mesure innovante d’accessibilité, Laval devient la plus grande ville du Québec à joindre le mouvement Fine Free Library, qui prend de l’ampleur partout dans le monde.

L’abolition des frais de retard, qui est soutenue par l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ), participe à éliminer les barrières qui entravent l’accès à la culture et à l’apprentissage, particulièrement chez les personnes vulnérables. Au Québec, 20 % des municipalités ont pris cette même décision.

«  On veut que tous les citoyens, particulièrement les familles, aient un accès à la culture ainsi qu'à la connaissance, sans restriction et l'abolition des frais est un excellent moyen d'y arriver. De plus, cette mesure s’ajoute à d’autres améliorations mises en œuvre pour moderniser le réseau dont le renouvellement de la plateforme Web des bibliothèques et la bonification de l’offre numérique. En 2020, nos bibliothèques auront bénéficié d'une réelle cure de jeunesse pour le plus grand bonheur des petits et des grands  », a mentionné Aram Elagoz, conseiller municipal de Renaud et responsable des Bibliothèques de Laval à la suite de la décision.

Après l’entrée en vigueur du règlement le 1er février 2021, les usagers devront tout de même retourner leurs emprunts de façon responsable, donc en respect des délais prescrits. À noter que d’autres frais subsisteront, notamment ceux sur les livres perdus ou endommagés. D’autres détails seront communiqués sur le sujet lors de l’implantation de cette mesure au début février.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.