Publicité

13 avril 2021 - 12:30

Ensembles folkloriques Les Pieds Légers et Les Bons Diables

Campagne de sociofinancement pour une nouvelle image graphique 

Par Salle des nouvelles

Les ensembles folkloriques Les  Bons Diables et Les Pieds Légers de Laval lancent la campagne « Enfin réunis ! Un dernier coup  de main pour la fusion » qui vise à amasser 3 500 $  pour financer la création de la nouvelle signature graphique de l’organisme fusionné.  

La création du logo et de la signature graphique a été confiée à la firme Neon Cactus qui avait  rajeuni le logo des Pieds Légers en 2018. Les montants reçus de la campagne permettront également de lancer quelques initiatives de promotion du nouvel organisme.  

Le nouveau nom de l’organisme fusionné a été choisi et sera dévoilé une fois les démarches légales complétées. Une prochaine annonce sera faite au courant du mois de mai à cet effet.  

La campagne de sociofinancement offre d’intéressantes contreparties aux donateurs, dont des  objets promotionnels exclusifs à l’effigie du nouveau logo (chandail, macaron, autocollants), un  porte-clé fléché par des danseurs de la troupe, des cours de gigue privés, un spectacle  particulier et bien plus encore. Certaines contributions donnent également accès à un reçu de  dons pour fins d’impôts.  

Lancée cette semaine, la campagne prendra fin le 15 mai.

La fusion des ensembles folkloriques Les Pieds Légers et les Bons Diables est une étape fondamentale pour l’avenir de la danse traditionnelle dans la grande région de Montréal. La  fusion était fort attendue et nous sommes fiers de pouvoir affirmer l’avoir mené à son  dénouement dans les deux dernières années, la campagne de sociofinancement marquant une  des dernières phases de la création du nouvel organisme.  

Pour contribuer à la campagne :  laruchequebec.com/piedslegersbonsdiables-enfinreunis!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.