Publicité

28 avril 2021 - 13:28 | Mis à jour : 13:28

Réseau des conseils régionaux de la culture

Lancement de l'initiative « dia-log »

Par Salle des nouvelles

Le Réseau des conseils régionaux de la culture (RCRCQ) vient de donner le coup d’envoi à dia-log, un projet novateur et structurant, coordonné par Culture Laval, qui a pour mission de fédérer les conseils régionaux de la culture et leurs membres en arts de la scène autour des enjeux liés à la découvrabilité des événements culturels sur le Web.
 
Pour profiter des nouvelles possibilités engendrées par le Web sémantique et l’intelligence artificielle (IA), les événements culturels doivent être documentés sous la forme de métadonnées structurées et liées au Web d’aujourd’hui.

Or, les organismes culturels, les diffuseurs et les artistes québécois disposent encore très peu de ressources humaines, matérielles et financières leur permettant de transformer leurs contenus en données ouvertes de qualité pour qu’ils soient non seulement repérables par les moteurs de recherche et les algorithmes en IA, mais aussi recommandés parmi l’offre colossale déjà présente sur le Web. Le milieu des arts de la scène a donc tout intérêt à se concerter afin d’adopter les meilleurs outils, pratiques et méthodologies numériques qui s’offrent à lui.

Le projet dia-log s’est donné pour mandat de positionner favorablement les diffuseurs et les programmateurs québécois participants dans le Web 3.0 en mutualisant une masse critique de données structurées de qualité dans Artsdata.ca, un graphe de connaissances pancanadien lisible par machine, ouvert et accessible à tous.
 
En plus de la formation et de l’accompagnement offerts aux diffuseurs et aux programmateurs en arts de la scène québécois pour assurer la documentation standardisée de leurs événements, l’équipe de dia-log entend développer des liens étroits avec les différentes initiatives de structuration et de mutualisation de données qui se déploient actuellement dans l’écosystème culturel. L’objectif : favoriser l’échange de bonnes pratiques ainsi que le partage des savoirs et des apprentissages.

« En partageant et en mettant en application les dernières connaissances sur les données ouvertes, structurées et liées, le projet dia-log contribuera non seulement à créer de nouvelles opportunités de développement pour le milieu culturel québécois, mais aussi à faire croître la littératie numérique organisationnelle, à former un réseau d’acteurs prêts à affronter les défis du Web d’aujourd’hui ainsi qu’à propulser la découvrabilité de l’offre événementielle du Québec en ligne », a indiqué Marianne Coineau, directrice générale de Culture Laval 

Des investissements majeurs
Échelonnée sur trente mois, cette initiative d’envergure provinciale est rendue possible grâce au soutien financier du Conseil des arts du Canada, par le biais de son Fonds Stratégie numérique (495 000 $), et du ministère de la Culture et des Communications, dans le contexte de la mise en œuvre d’une mesure du Plan culturel numérique du Québec (PCNQ) (85 000 $).

Les objectifs de collaboration, de partage de connaissances, d’expérimentation et de transformation numérique poursuivis par dia-log s’alignent parfaitement avec les grandes stratégies de transformation numérique prônées par les paliers fédéral et provincial.

Par ailleurs, l’équipe de dia-log s'est associé à l’organisme La Culture Crée, qui a développé une expertise numérique unique dans le domaine de la culture. Reconnu comme l’un des chefs de file internationaux en Web sémantique et en développement d’outils technologiques, l’organisme prend part à plusieurs initiatives, comme celles de l’Open Glam ou de la mesure 111 du PCNQ. Le savoir-faire incomparable de La Culture Crée permettra de garantir que dia-log puisse bénéficier des dernières avancées numériques développées au Canada et à l’étranger. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.