Publicité

5 février 2013 - 17:35

Les policiers recherchent un jeune autiste

Par Jean-François Cadieux

 

Le service de police de Blainville est à la recherche d’un jeune homme de 17 ans atteint du syndrome d’Asperger.

 

Mario Miguel Gaulin, âgé de 17 ans, a été vu pour la dernière fois au dépanneur Couche-Tard, 398 boul. du Curé Labelle, à Blainville, le 2 février 2013, à 7h25.

 

À la recherche d’un emploi, il devait aller porter des curriculum vitae durant la journée et revenir à son domicile vers 17h00. Il n’est pas revenu depuis.

 

Selon les dernières informations, il aurait été vu par un ancien camarade de classe à la station de métro Montmorency, à Laval, lundi matin dernier. Les policiers étaient à la recherche d’indices à la station ce mardi.

 

Syndrôme d’Asperger

 

Mario Miguel Gaulin est atteint du syndrôme d'Asperger, un trouble du spectre de l’autisme qui se caractérise par des difficultés significatives dans les interactions sociales.  S’il n’est pas médicamenté, ce trouble prend encore plus de vigueur.

 

Lors de son départ, Mario portait un manteau d’hiver noir et gris, une tuque noire avec des écritures « zzz » blanches, un chandail kangourou rouge, un pantalon jeans bleu et des espadrilles. Il mesure 1,80 m, pèse environ 130 lbs. Il a les cheveux bruns et les yeux pers.

 

Toute personne qui aurait de l’information sur la disparition de Mario Miguel Gaulin, peut contacter le service de police de Blainville au 450.434.5300.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.