Publicité

5 février 2013 - 14:57 | Mis à jour : 15:05

Meurtre de Joleil Campeau : Daudelin de retour devant le tribunal

Par Cédérick Caron

Accusé du meurtre prémédité, d’agression sexuelle et de séquestration d’une fillette de neuf ans, survenu à Laval en juin 1995, Éric Daudelin était de retour devant le tribunal mardi pour subir son enquête préliminaire.

 

L’avocat du prévenu, Me Gilles Daudelin tente ainsi de mesurer l’ampleur de la preuve amassée par certaines techniques d’enquête policière très poussées qui ne peuvent être dévoilé puisque l’audience est frappée d’un interdit de publication.

En matinée, les proches de la victime, Joleil Campeau, ont entendu le sergent-détective Martin Saillant résumer l’enquête policière débutée en 1995 et qui s’est clôt, 16 ans plus tard, le 22 juin 2011.

Attentif, Éric Daudelin n’a pas bronché de toute l’audience dans le box des accusés regardant droit devant lui.

L’accusé à un lourd passé en matière d’agression sexuelle. Il a été condamné pour ce type de crime avant et après le meurtre de Joleil Campeau. Le prévenu qui demeurait à Laval à l’époque a toujours été dans le collimateur des enquêteurs qui manquaient d’élément pour le coincer. Ce serait le raffinement des techniques entourant les analyses d’ADN qui auraient permis de relancer l’enquête à la fin de l’année 2009.

Rappelons que 12 juin 1995, Joleil Campeau, qui demeurait dans le secteur Auteuil à Laval, avait disparu en fin d’après-midi alors qu'elle se rendait chez une amie qui demeurait dans le même quartier.

Le corps de la fillette avait été retrouvé quatre jours plus tard dans un marais situé à proximité de sa résidence.

L’audience qui a été ajournée avant l’heure du diner, reprendra mercredi matin.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.