Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 novembre 2013 - 17:24

80 chats saisis dans un refuge

Par Fanny Arnaud

Le MAPAQ a saisi 80 chats en raison de leur état de santé, le 25 novembre dernier, dans le refuge Opération Félix.

Au cours des derniers mois, suite à des plaintes anonymes, le ministère de l’Agriculture, Pêcheries et Alimentation (MAPAQ) avait fait plusieurs visites d’inspection au refuge. Lors de sa dernière visite, l’inspecteur avait déterminé que les animaux devaient être évacués.

Janine Larose est propriétaire du refuge. Pour elle, la situation a dégénéré.

«Je suis en état de choc», dit-elle.

Une saisie contestée par la propriétaire

Mme Larose explique qu’elle n’a pas été prévenue de cette visite et que son refuge est complètement légal. Elle ajoute que les bénévoles qui travaillent au refuge sont bouleversés.

«Je ne sais toujours pas pourquoi ils sont venus», dit-elle.

Cédric Paré est coordonateur aux opérations de saisie pour le MAPAQ. Il explique que l’objectif était de sauver ces animaux et de leur donner les soins nécessaires à leur santé. Chaque chat a été vu par un vétérinaire sur place pour s’assurer qu’il soit en mesure de subir le transport.

Mme Larose explique que ces chats ont été trouvés dans la rue.

«Ce ne sont pas des chats de maison, ils ont tous le rhume, dit-elle. Et la vétérinaire qui les a vus sur place a dit qu’ils n’étaient pas si malades.

Le but visé [de la saisie] n’était pas le bien-être des animaux», ajoute-t-elle.

Une affaire qui ne fait que commencer

 Le MAPAQ a été assisté par Humane Society International et la SPCA de l’Estrie dans cette opération. Les animaux ont été mis dans des cages individuelles et dans un camion chauffé. Ils ont été transportés dans un refuge d’urgence. Dans les 24 prochaines heures, des équipes de vétérinaires vont les ausculter pour déterminer les traitements nécessaires.

Selon M. Paré, des poursuites vont être déclenchées et un rapport d’infraction va être rédigé.

Mme Larose dit qu’elle va éclaircir la situation avec son avocat et aller en cour pour récupérer ses chats.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.