Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 novembre 2017 - 09:02

Le bar clandestin Le Frenchkiss est démantelé

Par Salle des nouvelles

Le 19 novembre 2017, vers minuit, la Division des enquêtes criminelles du Service de police de Laval a procédé à une perquisition au 1731 rue Cunard, à Laval.  Le local industriel était opéré comme un club privé. Il servait également de lieu d’échangisme où de l’alcool était vendu sans permis.
 
Au moment de la perquisition, une quarantaine de personnes se trouvaient et travaillaient illégalement sur les lieux. Ils ont été identifiés et ils se verront remettre des constats d’infractions, en vertu de la loi sur les infractions en matière de boissons alcooliques (L.I.M.B.A), notamment pour s’être trouvés dans un débit de boisson illégal, d’en avoir fait la vente et d’en avoir consommé, sans la présence de permis. Dans ce dossier, le Service de police de Laval travaillait en partenariat avec deux inspecteurs du Service de l’urbanisme de la Ville de Laval afin d’appliquer la règlementation sur le zonage et le certificat d’occupation du propriétaire.
 
Bilan de la saisie :
-       Près de 800 bouteilles d’alcool (valeur d’environ 24 000$)
-       Près de 12 000$ en argent canadien
-       Système informatique et documentation

Le projet nommé, Alambic, en cours depuis le mois de novembre 2016, a vu le jour à la suite de plusieurs plaintes de citoyens.
 
Toute information concernant le déroulement d’activités criminelles sera traitée confidentiellement via la Ligne-Info au 450-662-INFO (4636) ou le 911 en mentionnant le dossier concerné. LVL 161026 043.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.