Publicité
20 février 2019 - 09:53

Fraude fiscale

430 000 $ d'amende pour un entrepreneur de laval et ses 2 sociétés

Par Jessica Brisson, Journaliste

Revenu Québec annonce que M. Aimé Berthelot, un résident de Laval, et les sociétés Les Constructions Berthelot inc. et 9245-1970 Québec inc., faisant affaire sous la raison sociale Laramée et Frères, ont été condamnés, dans le cadre du projet Hantise, à payer des amendes totalisant 429 210,99 $ dans un délai de 90 jours, relativement à des infractions fiscales.

M. Berthelot et les deux sociétés dont il était l'administrateur ont plaidé coupable, le 20 décembre dernier, au palais de justice de Laval, à des infractions à la Loi sur la taxe de vente du Québec (TVQ) et à la Loi sur la taxe d'accise (TPS). Les contrevenants ont tous volontairement omis de remettre des sommes à titre de TVQ et de TPS aux autorités fiscales.

Voici un tableau présentant les accusés ainsi que les peines imposées.

société ou administrateur accusé période de déclaration visée amendes
(TPS et TVQ)
Aimé Berthelot

Du 2008-10-01

au 2012-06-30

348 145,60 $

Les Constructions Berthelot inc.

Du 2008-10-01

au 2012-06-30

70 629,01 $

9245-1970 Québec inc.

( Laramée et Frères )

Du 2008-10-01

au 2012-06-30

10 436,38 $

 

Ces condamnations découlent de perquisitions menées par Revenu Québec en mai 2016. Les accusations ont été déposées en avril 2017.

Rappelons que le projet Hantise est une opération d'envergure menée en collaboration avec la Division des enquêtes sur la criminalité financière contre l'État de la Sûreté du Québec. L'opération vise des individus et des entreprises qui auraient participé à des stratagèmes d'évasion fiscale dans différents secteurs d'activité économique.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.