Publicité
18 décembre 2019 - 06:00

Récupération de 20 véhicules

Démantèlement d'un réseau de vols de véhicules de luxe, quatre individus arrêtés

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval (SPL) a procédé, mardi 10 décembre dernier, à l’arrestation de quatre individus âgés de 19 à 34 ans, en lien avec un réseau de vols de véhicules de luxe. Charles Ohri-Belhumeur et Shawn-Samuel Joseph, de Laval, de même que Kevin Arismendy Munoz-Mejia, et Ihab Ghalayini, de Montréal, ont comparus le 11 décembre au palais de justice de Laval. Ils font face à des accusations de vols de plus de 5000 $, de recel, de complot, de méfait, de possession d’outils de cambriolage et de bris de condition.

Récupération de 20 véhicules

L’enquête, initiée en octobre 2019, démontre que les suspects seraient impliqués dans plus de 40 dossiers de vols et recel de véhicules à Laval et dans la grande région métropolitaine. Ces véhicules, d’une valeur allant de 60 000 à 100 000 $, étaient ensuite expédiés outre-mer.

Il s’agit de véhicules utilitaires sport de luxe de marque Lexus (RX350 et NX300), Toyota (Highlander, 4Runner, Tacoma), de même que des camionnettes Ford de Série F. Les policiers ont récupéré 20 véhicules volés au cours de cette enquête pour une valeur totale de 1,4 M $.

Une organisation qui opérait en Ontario

En cour d’enquête, les policiers de Laval ont constaté que les sujets visés étaient également dans la mire de la Police provinciale de l’Ontario (OPP) qui menait une vaste enquête concernant un réseau de vols de véhicules sur leur territoire. Des communications entre le SPL et l’OPP ont permis de relier trois des quatre individus à plusieurs dossiers de vols en Ontario. Environ 20

D’autres actes d’accusation pourront être ajoutés aux suspects à la suite de l’analyse des items saisis la semaine dernière.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.