Publicité
5 mars 2020 - 12:00

Une réserve sur les renseignements personnels

La Société Alzheimer de Laval victime d'un "rançongiciel"

Par Salle des nouvelles

Hier dans un communiqué, la directrice générale de la Société Alzheimer de Laval, Lise Lalande, a fait part de l'attaque informatique baptisée "rançongiciel", dont la structure a été victime, mi-février.

Le rançongiciel a encrypté les fichiers informatiques et a demandé à la société une rançon pour les récupérer. Sans payer la rançon, la directrice générale s'est tournée vers les autorités, dont la Gendarmerie Royale Canadienne. En outre, « grâce au travail d’une firme spécialisée dans le décryptage de fichiers, nous avons retrouvé l’accès à toutes nos données», a affirmé Lise Lalande.

Des risques "minimes" pour les clients

Le risque encouru par les clients, donateurs et partenaires de la société en lien avec cette cyberattaque demeure faible, soutient la direction, car l’objectif du rançongiciel est d’obtenir de l’argent par le biais d’une rançon.

L'unique réserve porte sur les renseignements personnels. Même si le risque d’accès non-autorisé aux informations contenues dans les fichiers est minime, certains incluent ce type de données (nom, adresse, courriel, numéro de téléphone). Dans les cas d’autorisation de retraits mensuels, il est possible que les coordonnées bancaires ou numéro de carte de crédit aient été conservés dans les fichiers.

À noter que cette attaque ne concerne en rien les dons en ligne, ni les dossiers de soutien des personnes atteintes ou de leurs proches. La Société Alzheimer de Laval travaille actuellement à mettre en place de nouvelles mesures pour protéger leurs fichiers et est en lien avec des experts pour maximiser leurs défenses informatiques.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.