Publicité

5 janvier 2021 - 16:30 | Mis à jour : 16:32

L'enfant était connue de la DPJ

Mort d'une fillette à Laval : la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse ouvre une enquête

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Choquée d'apprendre la mort d'une autre enfant au Québec, alors qu'elle a dû mener plusieurs enquêtes pour des drames de ce type dans les dernières années, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a déclenché une enquête de sa propre initiative après avoir été informée du décès d'une fillette de 7 ans à Laval, en vertu du mandat que lui confère la Loi sur la protection de la jeunesse.

Rappelons que l'enfant a été retrouvée gravement mutilée à son domicile familial, dimanche après-midi, dans le quartier Chomedey par ceux qui ont répondu à l'appel fait au 911 vers 14 h 30. Le corps de la fillette aurait été marqué de brûlures et d'ecchymoses. L'enfant a ensuite été transportée d'urgence à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, où son décès a été constaté.

L'enquête déclenchée par la Commission vise à déterminer si les droits de l'enfant, dont la situation avait fait l'objet d'un signalement à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Laval, ont été respectés et d'éviter qu'une telle situation se reproduise.  Au terme de son enquête, si elle a raison de croire que les droits de l'enfant ont été lésés, la Commission fera des recommandations à toutes les instances concernées, selon les constats.

La Commission rappelle que la protection des enfants est l'affaire de tous et toutes au Québec et que toute personne qui a des inquiétudes concernant un enfant doit faire un signalement.

La Commission exerce son pouvoir d'enquête en matière de droits de la jeunesse conformément aux dispositions de la Charte des droits et libertés de la personne et de la Loi sur la protection de la jeunesse.

Comme pour toute enquête de la Commission, le déroulement de celle-ci n'est pas public. La Commission n'émettra donc aucun autre commentaire au sujet de l'enquête et n'accordera pas d'entrevues.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.