Publicité

4 novembre 2021 - 11:00

Du 22 au 28 octobre dernier

Opération policière « Partage de la route »: plus de 15 500 amendes émises

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Plus de 15 500 constats d’infraction ont été émis par les services de police du Québec dans le cadre de l’opération nationale concertée Partage de la route qui s’est déroulée du 22 au 28 octobre dernier.

C'est au cours de plus de 10 200 opérations que les patrouilleurs ont émis ces constats d'infractions pour non-respect des lois et des règlements en vigueur au Code de la sécurité routière.

Menée en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), cette opération se tenait sous le thème « Pour des déplacements sécuritaires, pensez à partager la route! » et visait à sensibiliser et conscientiser les usagers du réseau routier aux dangers liés au non-partage de la route.

La Sûreté du Québec rappelle notamment qu'il est primordial de faire preuve de patience, de vigilance et de courtoisie envers les autres usagers de la route, et ce, peu importe leur mode de transport. En effet, prendre le temps d’appliquer ces comportements peut sauver des vies.

En plus des opérations menées sur le terrain, de nombreuses publications ont aussi été diffusées sur les médias sociaux des différentes organisations policières et de la SAAQ.

Cette opération nationale a été organisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Association des directeurs de police du Québec, la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal et la Société de l’assurance automobile du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.