Publicité
27 février 2015 - 10:37 | Mis à jour : 10:58

Six autobus scolaires électriques mis en service à Laval

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Six autobus scolaires québécois et 100% électriques circuleront à Laval pendant neuf mois sur les trajets réguliers des écoliers et dans les mêmes conditions que les véhicules habituels.

Ce matin, le constructeur Autobus Lion s'est vu remettre une subvention de 2 M$ pour la mise en service de ses autobus "E-Lion".

L'annonce a été faite par le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, et la ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau.

Le prototype avait été présenté au mois de novembre dernier et cette nouvelle phase, dite de démonstration, permettra au constructeur québécois de récolter des données avant la mise sur le marché prévue pour la fin 2015.

Économie locale

"Le projet E-Lion permet de démontrer que la lutte contre les changements climatiques permet aussi de développer l'économie locale", a dit M. Heurtel.

Pour Mme Charbonneau, ce projet est une nouvelle preuve que Laval se fait une place dans l'économie du Québec.

"Les entreprises lavalloises mettent beaucoup d'énergie à développer une économie verte et durable", affirme-t-elle, mentionnant notamment les autobus électriques de la STL et les produits ménagers écologiques Prolav.

Elle ajoute que ce projet aura des retombées économiques importantes pour la province puisque la plupart des composantes du véhicule sont fabriquées ici et que plusieurs états américains auraient déjà signifié leur intérêt pour le produit.

Économie durable

Cet autobus électrique a une autonomie de plus de 100 km et une recharge à la mi-journée permet d'effectuer plus de 200 km par jour. Cet autobus devrait permettre d'éviter la consommation de 8 250 litres de diesel par an.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.