Publicité

21 mai 2020 - 14:00

PANDÉMIE COVID-19

Feu vert pour l'ouverture des camps de jour le 22 juin

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Bien des parents ont sûrement poussé un soupir de soulagement en entendant le premier ministre François Legault annoncer, lors de son point de presse quotidien d'aujourd'hui, que les camps de jour seront en opération dans les villes et les municipalités de l'ensemble du Québec, à compter du 22 juin prochain, soit la même date que l'an dernier.

La nouvelle s'accompagne toutefois d'un bémol: les opérations devront se mener en respect avec les mesures de protection contre la COVID-19, soit des groupes plus petits, ce qui veut dire qu'il faudra doubler les effectifs de monitrices et de moniteurs.

Le défi sera de taille pour aller chercher des jeunes, a admis M. Legault « parce qu'on a un compétiteur avec le PCU [Programme canadien d'urgence] qui est un incitatif à rester à la maison.» Il a quand même lancé un appel aux jeunes de postuler pour ces emplois afin que d'être en mesure d'offrir ce service.

Qui plus est, ces camps de jour sont très largement administrés par les villes et les municipalités qui devront absorber la hausse des coûts en doublant le nombre d'employés requis.

Le premier ministre a indiqué que son gouvernement regardait comment il pourrait venir en aide financièrement sans toutefois avoir pour l'instant aucune idée des sommes nécessaires pour répondre aux besoins.

Quant aux camps de vacances, « on est pas rendu là » a signifié M. Legault « mais j'espère bientôt être rendu là » alors qu'une vingtaine de camps de vacances partout au Québec ont jeté l’éponge en concluant à regret qu’ils seront incapables d’ouvrir leurs portes cet été en raison des directives strictes de la Santé publique.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.