Publicité

20 mai 2021 - 14:34 | Mis à jour : 14:43

Du 25 mai au 23 juin

COVID-19: la campagne de vaccination des jeunes de 12 à 17 ans prend son envol

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Les détails de la campagne de vaccination contre la COVID-19, des jeunes âgés de 12 à 17 ans, qui s’amorcera à compter du 25 mai, ont été dévoilés aujourd'hui par le gouvernement du Québec.

L'annonce a été faite en conférence de presse par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, qui était flanqué pour l'occasion du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, ainsi que du directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 du Québec, Daniel Paré.

En chiffres, cela représente quelque 530 000 jeunes, soit 6% de la population du Québec.

Pour l'administration de la première dose, entre le 25 mai et le 23 juin, diverses modalités seront offertes aux jeunes et à leurs parents afin de répondre à leurs besoins, a dévoilé le ministre:

► Plages horaires réservées, notamment en soirée et les fins de semaine, dans les centres de vaccination du 25 mai au 20 juin.

► Sites facilitant l’accès aux familles, comme les installations de vaccination en service à l’auto ou en vélo au circuit Gilles-Villeneuve et à l’auto à l’Aéroport International Montréal-Trudeau. À ces endroits notamment, les jeunes pourront s'y rendre dès demain.

► Vaccination organisée en collaboration avec le milieu scolaire durant les semaines du 7 et du 14 juin.

Sur ce dernier aspect, la directeur de la vaccination, Daniel Paré, a souligné que ce sont les établissements de santé et de services sociaux qui seront responsables d’organiser la vaccination des jeunes fréquentant un milieu scolaire, en collaboration avec les écoles, les centres de services scolaires et les commissions scolaires, et de s’assurer que les élèves et leurs parents reçoivent les informations pertinentes.

Dans la plupart des cas, les élèves bénéficieront d’un transport vers un centre de vaccination en opération. Dans certaines situations, la vaccination mobile sera offerte selon l’organisation locale des services. « La décision finale [sur les modalités de vaccination] va appartenir au milieu ». a fait remarquer M. Paré.

La vaccination sera aussi offerte les soirs et les fins de semaine pour les familles désirant se faire vacciner en bulle familiale, pour les élèves de 6e année ayant 12 ans, ou encore pour les jeunes de 16 ou 17 ans qui sont au cégep ou qui fréquentent un centre de formation professionnelle ou d’éducation des adultes, par exemple.

« Tout est mis en place afin que les jeunes puissent obtenir leur première dose, facilement et rapidement, avant la fin de l’année scolaire », a insisté Christian Dubé  qui souhaite atteindre une couverture vaccinale de 75 % pour l’administration de la première dose chez les jeunes de 12 ans et plus, comme pour l’ensemble des groupes d’âge au Québec.

Québec souhaite que la deuxième dose de vaccin soit administrée aux environs du retour en classe à l’automne 2021 mais les détails pour cette étape n'ont pas été révélés par les ténors gouvernementaux.

Pour sa part, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, a fait remarquer que la vaccination était « la clé pour une rentrée scolaire normale en septembre.» 

Le ministre Dubé a aussi invité les 360 000 personnes de 18 à 44 ans, qui n'avaient toujours pas pris rendez-vous pour une première dose de vaccin, à le faire dans les prochains jours.

Vaccins administrés à l'extérieur du Québec
Plus tôt en journée, le ministre Dubé avait annoncé, par voie de communiqué de presse, que les citoyens qui ont été vaccinés à l'extérieur du pays pourront faire inscrire leur vaccination au Registre de vaccination du Québec et, ainsi, recevoir leur deuxième dose, si elle est requise.

Les citoyens concernés devront prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination. Plusieurs centres de vaccination par région ont été désignés pour l'inscription des vaccins contre la COVID-19 administrés à l'extérieur du Québec.

Sur place, le citoyen devra présenter une pièce d'identité ainsi qu'une preuve de vaccination lisible délivrée dans le pays où les doses ont été administrées. Aucune inscription ne pourra être faite sans cette preuve écrite. Les informations contenues sur la preuve seront validées afin de s'assurer qu'il s'agisse d'un vaccin autorisé par au moins un pays dans le monde et que l'intervalle entre les doses a été respecté.

Advenant le cas où les renseignements indiqués sur la preuve ne sont pas conformes, le citoyen sera invité à reprendre sa vaccination au centre de vaccination ou à prendre un rendez-vous pour se faire vacciner ultérieurement.

À la suite de l'inscription des renseignements au registre de vaccination, une preuve de vaccination électronique sera transmise au citoyen par courriel ou par texto si les conditions déjà nommées sont respectées.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.