Publicité

3 avril 2013 - 12:50 | Mis à jour : 16:23

Benoit Fradet et Basile Angelopoulos quittent la vie politique

Par Ghislain Plourde

LAVAL - 

Deux membres du conseil municipal, qui siègent également au comité exécutif depuis quelques années, Benoit Fradet et Basile Angelopoulos ont fait savoir qu’ils ne solliciteraient pas de nouveau mandat à la prochaine élection.

«J’aurai 48 ans ce jeudi (4 avril). Cela fera 25 ans en juin prochain que je me suis lancé en politique (provinciale). À la veille d’élections, toute personne doit se poser sur son avenir politique et positionner sa décision sur différents paramètres. Dans mon cas j’ai décidé de ne pas me représenter», a confié, en primeur à L’Écho de Laval, le conseiller de Renaud, Benoit Fradet confirmant, du même coup, les nombreuses rumeurs de départ qui circulaient à son sujet.

Ce n’est pas la tempête qui déferle sur l’hôtel de ville, depuis l’automne dernier, qui a convaincu le politicien de se retirer. «Non pas du tout, ma décision était prise auparavant. J’en avais informé l’ancien maire Vaillancourt. Le contexte actuel n’est pas agréable pour faire de la politique, mais ce n’est pas ce qui a motivé mon choix.»

Benoit Fradet souhaite après ce quart de siècle passé en politique pouvoir se consacrer à d’autres choses. «Je veux redevenir un citoyen privé, pouvoir profiter de mes autres activités professionnelles (il est vice-président de Schokbeton depuis 2002) et surtout de ma famille», a-t-il conclu.

Benoit Fradet fut élu député libéral dans Vimont en 1989. Défait en 1994, il demeure aux côtés du chef de l’opposition officielle, Daniel Johnson fils, comme conseiller politique jusqu’en novembre 1997.

La même année, il fait ensuite le saut en politique municipale où il devient conseiller dans le district Renaud. Il est réélu en 2001, 2005 et 2009. Il siège au comité exécutif depuis son arrivée au conseil municipal de Laval

Son nom a été cité à quelques reprises, l’automne dernier, comme un possible témoin à la commission Charbonneau lorsque celle-ci débarquera à Laval.

Angelopoulos quitte lui aussi

Le conseiller de Chomedey, Basile Angelopoulos, a profité de la dernière séance du conseil municipal pour annoncer, également, son retrait de la vie politique. Élu il y a 16 ans, le conseiller Angelopoulos, qui est aussi vice-président du comité exécutif depuis novembre 2009, a indiqué que son choix d’avenir était fait.

«La vie publique est intense et exigeante, mais elle représente également un défi stimulant. Je suis fier de ce que j’ai fait durant ces 16 ans. Fier de la contribution, aussi minime soit-elle, que j’ai pu apporter à l’avancement de cette merveilleuse ville. Et je suis convaincu que ceux qui prendront le relais contribueront, eux-aussi, à faire de Laval une ville encore plus verte, encore plus humaine, encore plus dynamique», a indiqué Basile Angelopoulos lors de son allocution.

Rappelons qu’en novembre dernier, après le départ de la mairie de Gilles Vaillancourt, le conseiller de Chomedey avait été choisi par ses pairs pour occuper le poste de maire par intérim. Il avait refusé d’occuper ce siège lorsque le gouvernement du Québec avait annoncé l’envoi de vérificateur pour scruter la gestion municipale.

Basile Angelopoulos est un avocat de profession et œuvre pour sa propre firme, Angelopoulos Kiriazis. Son associé dans ce cabinet, Me Thomas Kiriazis, s’est retrouvé dans l’actualité, en octobre 2011, lorsqu’il a été la cible de deux attentats au cocktail Molotov.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.