Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La Ville exige qu’Hydro-Québec «respecte» les citoyens

durée 18h16
11 mars 2014
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Christopher Nardi

Décision applaudie par la majorité des citoyens présents lors du dernier conseil de ville, la Ville de Laval demande à Québec d’obliger Hydro-Québec à respecter les Lavallois qui ne veulent pas de compteur intelligent installé dans leur demeure.

Citant des problèmes «d’intimidation» de la part des installateurs envers les citoyens, Raynald Adams, conseiller municipal dans Renaud et membre du comité exécutif de Laval, a présenté une résolution frappante à l’égard d’Hydro-Québec.

«La Ville de Laval demande au gouvernement du Québec de condamner le zèle dont font preuve les installateurs des compteurs émetteurs d’Hydro-Québec», peut-on lire dans la résolution, approuvée à l’unanimité par le conseil.

De plus, l’administration municipale demande à la société d’État de clarifier les étapes à prendre pour un citoyen qui désire refuser l’installation des nouveaux compteurs et d’annuler toutes pénalités associées à un tel refus.

«On s’est rendu compte que tout le processus officiel pour refuser les compteurs est terriblement méconnu de la population», explique le conseiller.

Finalement, les membres du conseil exigent que Québec tranche officiellement sur l’existence ou non de troubles de santé liés à ces appareils émetteurs d’ondes.

«La connaissance scientifique, on ne l’a pas […] Alors on demande à des gens dont c’est le travail de se prononcer là-dessus», continue M. Adams.

En ce moment, ce sont 85 % des résidences lavalloises qui sont équipées de compteurs intelligents.

M. Adams a admis qu’il n’était pas en mesure d’évaluer la portée de l’action de la Ville, étant donné que le dossier «est une compétence exclusivement provinciale.» Il espère par contre recevoir une réaction officielle de la part de Québec ainsi que la Régie de l’énergie, et même d’Hydro-Québec.

Jubilation chez Laval Refuse

Chez Laval Refuse, mouvement d’opposition aux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, c’est la jubilation. Selon la cofondatrice du mouvement, la résolution approuvée par la ville est le fruit d’une recherche «rigoureuse» et démontre «l’écoute» de la nouvelle administration.

«On trouve que la résolution est très bien, elle est précise et elle est bien formulée, explique Véronique Ripel.

C’est très satisfaisant de voir des élus tenir leurs promesses, de faire les recherches nécessaires et de se prononcer dans un délai très acceptable.»

Celle-ci espère maintenant que le gouvernement ainsi qu’Hydro-Québec répondront de manière «satisfaisante» aux demandes de l’administration Demers.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h53

Hockey Québec désavoue Hockey Canada et retient des fonds qui lui sont destinés

Hockey Québec a adopté une motion de désaveu envers Hockey Canada, en laquelle la fédération provinciale n'a plus confiance, et retiendra des fonds habituellement transférés à l'organisme national. La motion, adoptée lors de la séance du conseil d'administration de Hockey Québec mardi soir, a d'abord été rapportée par La Presse. Cette motion ...

durée Hier 13h26

Immigration: Trudeau maintient sa position face aux demandes de Legault

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a semblé maintenir la porte fermée, mercredi, face aux demandes de son homologue québécois, François Legault, pour des pouvoirs accrus en immigration. «On a parlé de la protection du français et, comme vous le savez, on est là pour protéger le français au Québec et partout à travers le pays. On va ...

4 octobre 2022

Deux juristes s'opposent sur la mention de la Charte de la langue française dans C-13

Deux éminents juristes ont présenté des opinions divergentes quant à la mention de la Charte de la langue française dans le projet de loi visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, lors d'une comparution lundi devant un comité sénatorial. Questionné par le sénateur montréalais Tony Loffreda qui se demandait s'il s'agit d'un «terrain ...