Publicité
19 février 2015 - 08:56 | Mis à jour : 11:51

Le député Nunez-Melo surpris qu’on tente de le tasser

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Toutes les réactions 2

Le député José Nunez-Melo se dit étonné par ces rumeurs à l’effet que dans les coulisses de son parti on tenterait de lui mettre des bâtons dans les roues afin de bloquer son investiture dans la nouvelle circonscription de Vimy.

Le député sortant, qui a obtenu l’autorisation officielle pour porter sa candidature le 22 janvier dernier, a obtenu la confirmation de l’association locale qu’il était, jusqu’ici, le seul candidat sur les rangs.

«Vendredi dernier (13 février) mon association locale me confirmait que j’étais le seul. Dans les règlements et statuts de notre parti, c’est écrit noir sur blanc que ce sont les associations locales qui ont les responsabilités de dénicher les candidats», précise le député Nunez-Melo qui souligne avoir l’appui de ses membres.

Le représentant fédéral lavallois, en poste depuis les quatre dernières années, réagissait ainsi à l’article de La Presse qui mentionnait, mercredi 18 février, que le Nouveau parti démocratique (NPD) tentait de se défaire de certains de ses élus en autorisant, de façon tacite ou non, la candidature de d’autres personnes à l’investiture.

Parmi ceux-ci figure le nom l’actuel élu du comté de Laval. Le quotidien soutient que Jacinthe Gagnon, l’ex-présidente du comité des femmes du NPD, participera à l’investiture pour tenter de battre José Nunez-Melo.

«Je connais Mme Gagnon depuis 2007. À moins d’indication contraire, je crois qu’elle est encore membre du parti à Laval. J’ignore si elle s’est manifestée, mais une chose est certaine ce n’est pas à l’association.»

Vérification faite, Jacinthe Gagnon annonce elle-même sa candidature sur son profil Facebook. D’ailleurs, elle a déjà tenu une première activité politique le 7 février dernier.

Les règles d’investiture au NPD sont de soutenir les investitures ouvertes. «Nous encourageons un maximum de gens à participer au processus politique, à la chose politique.  C’est un principe important pour nous», a dit le porte-parole du NPD, Marc-André Viau.

La candidate a rencontré les autorités du parti et ceux-ci, après analyse, l'ont autorisé à prendre part à l'investiture. Le porte-parole néodémocrate souligne que ce processus «est dans la normalité des choses» et s’applique à l’ensemble des circonscriptions du pays. 

Critiqué par son parti

La Presse rapporte que la formation de Thomas Mulcair veut se départir de ses députés «peu performants».

«J’ignore sur quoi on m’évalue. Sur mon travail dans le comté, au caucus ou en Chambre? Tout le monde me connait dans la circonscription. Je suis en contact constant avec les organismes du milieu. Je suis très satisfait de mon travail», a conclu José Nunez-Melo qui se dit peu habitué de défrayer les manchettes des médias nationaux.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • Je connais de trés prêt ce député et je peux vous confirmer que c'est le pire des députés que le Canada pour ne pas dire le monde politique a eu. Il ne mérite pas d'être élu.

    vérité - 2015-02-19 15:23
  • Si Mr Lunez est le député sortant et qu'il veux briguer un deuxième mandat,pourquoi vouloir le tasser.
    Attention, Laval est un comté avec de grosses communautés. Nous risquons de perte ce comté si nos décisions et nos choix sont inappropriés. Selon le journaliste de la presse qui a publié ce article,« traditionnellement en politique canadienne et québécoise,le député sortant qui souhaite briguer un second mandat n'a pas a passer le test de l'investiture..» respectons les textes que nous nous sommes fixer,sinon on va la dérive.On aurait pu laver ce linge sale en famille plutôt de le mettre sur la place publique. Déplorable.

    martelus - 2015-02-19 16:41