Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 novembre 2017 - 15:13

La nouvelle juge Aryanne Guérin siège à la cour municipale de Laval

Par Salle des nouvelles

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, a annoncé le 21 septembre dernier la nomination d’Aryanne Guérin au poste de juge de la cour municipale de la Ville de Laval. C’est dans le cadre d’une courte cérémonie qui s’est déroulée le 20 novembre 2017 dans les locaux de la cour municipale que la juge Guérin a été présentée officiellement.
 
Mme Guérin est détentrice d'une licence en droit civil et d'un baccalauréat en common law de l'Université d'Ottawa. Elle a été admise au Barreau et a commencé sa carrière en pratique privée en 2000. De 2002 à 2011, elle a agi comme procureure à la cour municipale de Montréal. Depuis 2011, elle exerçait comme procureure au sein du Directeur des poursuites criminelles et pénales.
 
La cour municipale joue un rôle de premier plan en favorisant l’accès à une justice de proximité pour les procès relatifs au Code de la sécurité routière et aux règlements municipaux lavallois. Pour le maire de Laval, Marc Demers, « La cour municipale est une instance importante du fonctionnement de notre démocratie. L’arrivée de Mme Guérin comme troisième juge à la cour municipale est au diapason avec notre objectif d’augmenter le niveau de service offert aux Lavallois », a-t-il souligné.
 
Rappelons qu’en mars dernier Claudie Bélanger, alors juge-présidente de la cour municipale de Laval, avait été nommée à la Cour du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.