Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 décembre 2017 - 09:02 | Mis à jour : 09:14

Première visite du maire de Laval, Marc Demers à la mairesse de Montréal, Valérie Plante

Par Salle des nouvelles

Le maire de Laval, M. Marc Demers, a rencontré hier matin la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante dans le cadre d’une première visite officielle à l’hôtel de ville de Montréal. Il s’agissait d’une prise de contact destinée à échanger sur certains dossiers prioritaires aux yeux de l’administration Demers.
 
« Nous entrons dans une nouvelle ère de collaboration et je me réjouis de l’ouverture démontrée par Mme Plante, » a déclaré M. Demers à la sortie de la rencontre.    
 
L’ordre du jour portait notamment sur le dossier des trois grandes îles de l’archipel Saint-François ainsi que celui de la politique de financement de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Certaines modalités de gouvernance de la CMM ont aussi été abordées. 
 
« L’acquisition et la mise en valeur des trois grandes îles est un projet prioritaire que nous partageons avec le gouvernement du Québec et avec la CMM. Nous souhaitions rapidement porter cet enjeu à l’attention de Mme Plante », a indiqué M. Demers.  En effet, Laval souhaite mettre en œuvre, dès que possible, le projet de parc naturel protégé, depuis longtemps planifié.  
 
Dans le même ordre d’idée, le maire et la mairesse ont échangé sur la mise en valeur de la rivière des Prairies, une des grandes richesses communes à Laval et à Montréal
 
« Je suis satisfait de cette rencontre qui a jeté les bases d’un partenariat ouvert et prometteur pour la suite des choses. Il est évident que Mme Plante et moi partageons la même volonté d’agir dans l’intérêt des citoyens. Nous partageons aussi la vision d’une communauté métropolitaine dans laquelle les villes agissent d’abord pour le bénéfice de tous, » a conclu le maire de Laval.
  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.