Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 décembre 2017 - 14:35

L’opposition officielle appuie le processus référendaire à Laval-des-Rapides

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, salue le travail de mobilisation citoyenne par l’ancien conseiller municipal de Laval-des-Rapides, Pierre Anthian, qui a permis l’ouverture d’un registre référendaire, hier soir. Michel Trottier estime que la tenue d’un registre référendaire est l’unique processus permettant aux citoyens de Laval-des-Rapides d’empêcher la dégradation de leur qualité de vie et un manque accru d’espaces de stationnement.

« Les citoyens de Laval-des-Rapides ont droit à une qualité de vie résidentielle même s’ils habitent dans un « centre-ville ». Le processus référendaire est maintenant le seul moyen pour les citoyens de faire face au manque d’écoute de l’administration Demers.» Commente Michel Trottier. 

Les citoyens de Laval-des-Rapides, principalement les résidents au sud du Boulevard de la Concorde et des tours Urbania, sont aux prises avec un manque criant d’espaces de stationnement amené à s’intensifier avec la construction du projet Espace Montmorency. Les 19 conseillers de l’administration Demers ont voté en faveur d’un règlement de zonage permettant au promoteur d’offrir moins d’espaces de stationnement que les exigences du règlement actuel de la Ville, provoquant la grogne des citoyens du secteur et le déclenchement du processus référendaire. 

Une représentation différente
Alors qu’il estime que « Pierre Anthian travaille d’arrache-pied à l’harmonisation du commercial et du résidentiel dans Laval-des-Rapides depuis 3 ans », le chef de l’opposition officielle déplore que la nouvelle conseillère de Laval-des-Rapides, Isabella Tassoni, appuie le règlement de zonage qui fait rager les citoyens de son district. Il estime que la nouvelle conseillère manque de considération pour les citoyens qu’elle représente et pour l’enjeu principal de son district.

« Appuyer un projet qui va à l’encontre des intérêts citoyens représentés, c’est inquiétant. Un gouffre se creuse entre les intérêts de la Ville et les intérêts des citoyens de Laval-des-Rapides, et c’est inquiétant pour les orientations du développement du centre-ville. » Commente Michel Trottier. 

Maintenant, la Ville de Laval dispose de 120 jours pour annuler son règlement ou pour déclencher un référendum.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Une chance que le ridicule ne tue pas ! Le pseudo chef de l'opposition officielle, Michel Trottier, n'a pas encore compris que les citoyens de Laval ont clairement décidé que l'équipe de Marc Demers avait toute sa confiance. Après avoir recruté des échevins transfuges dans son équipe, (Pierre Anthian et Jean Coupal) ceux-ci, tout comme lui, ont mordu la poussière. Dans le cas d'Alain Lecompte, l'autre transfuge, il a essayé de créer sa propre équipe et il a échoué lamentablement. Tous ces échevins transfuges (Anthian, Lecompte et Coupal) auraient du démissionner et se représenter devant les citoyens afin de faire valider leur décision. En fait, je pense qu'en 2013,ceux-ci n’ont jamais eu l'intention de demeurer dans l'équipe de Marc Demers: ils savaient que c'était la seule façon de siéger au conseil. S'ils s'étaient présenter sous une autre équipe, ils n'auraient pas été élus! Les citoyens ont choisi Marc Demers et 19 membres de son équipe ( sur un total de 21), laissons-les faire leur travail. Je comprends que les deux échevins qui se retrouvent dans l’opposition (sous deux équipes différentes) ont un travail à faire, mais leur première responsabilité est de répondre aux besoins/attentes des citoyens qui les ont élus. En ce qui concerne Michel Trottier et Jean-Paul Gobé, ils n'ont plus la "légitimité" requise pour imposer leur vision.

    Citoyen lucide - 2017-12-20 15:14