Publicité
17 novembre 2018 - 15:00

Alfred-Pellan internationalise ses échanges commerciaux

Le député d’Alfred-Pellan, Angelo Iacono, crée l’occasion chez les entrepreneurs d’étendre leurs relations commerciales. Rencontres de délégations étrangères, visites d’entreprises, invitations à soumettre des dossiers de subventions : les activités se multiplient pour soutenir la vivacité économique de la région.

Angelo Iacono est fier du succès rencontré par sa stratégie de diversification commerciale pour les entreprises d’Alfred-Pellan. Dans le but d’ouvrir des marchés, il a mis en relation des entreprises locales et les représentants du Bureau économique et culturel de Taipei au Canada, afin de stimuler les échanges commerciaux avec Taïwan.

Lors de cette activité de réseautage, il a invité près d’une vingtaine d’entreprises de sa circonscription à venir rencontrer les représentants de Taïwan, à Laval. La réponse des entrepreneurs a été très positive et une trentaine des personnes se sont déplacées pour venir discuter affaires avec la délégation taïwanaise.

« Lorsque je soutiens les entreprises d’Alfred-Pellan en favorisant leurs relations commerciales, explique Angelo Iacono, c’est aussi la création d’emplois dans la région que je soutiens, ainsi que des familles et des enfants. L’impact de la santé de nos entreprises se fait sentir dans de multiples couches de la société et joue un rôle essentiel dans le renforcement de la classe moyenne. »

Les entrepreneurs ont eu l’occasion de présenter leurs entreprises, de discuter de leurs besoins en importation et de leurs projets d’exportation, le tout dans un contexte des plus favorables, comme l’explique Richard Giunta, co-fondateur de la Boîte Maraîchère : « Cette formule est plus personnalisée, c’est un petit groupe et ça nous permet d’échanger beaucoup plus que lorsqu’on se retrouve parmi des centaines de personnes ».

Le président de Laboratoire Microbiochem, M. Réal Ayotte, renchérit : « Ça représente un grand développement possible. Il y a une demande de chaque côté et je crois que, pour le futur, c’est un très bon début. »

D’autres entreprises s’ouvrent au commerce étranger

M. Iacono ne s’arrête pas là. Sur le terrain, il rencontre aussi les entrepreneurs dans leur milieu de travail, les soutient en mettant des ressources à leur disposition et fait le suivi sur les subventions allouées. Ainsi, il a rencontré le président et chef de la direction d’Uniban Canada, M. Marc Desmarais, dont l’entreprise a reçu plus de 40 000 $ en subventions par le programme fédéral CanExport, qui fournit une aide financière aux PME cherchant de nouveaux débouchés d’exportation et de nouveaux marchés à l’étranger. Le député d’Alfred-Pellan a également rencontré le président de Louis Hébert Uniformes, M. Denis Charest, qui a aussi été soutenu par le programme CanExport.

«C’est la première fois qu’un député vient visiter mon entreprise », a-t-il dit. À la tête de cette entreprise de textiles depuis une quarantaine d’années, M. Charest est très intéressé par l’offre de soutien de M. Iacono. La subvention de CanExport lui a permis d’explorer des possibilités d’exportation de vêtements techniques aux États-Unis.

Les PME jouent un rôle crucial dans l’économie canadienne et, par ses activités, Angelo Iacono soutient la créativité et le travail acharné des preneurs de risque que sont les entrepreneurs. Quatre-vingt-dix-huit pourcent des entreprises canadiennes sont de petites entreprises et elles emploient plus de 8 millions de personnes au Canada.

Les accords signés par le gouvernement, comme l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) ou l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, permettent à nos entreprises de transiger avec l’étranger.  Ainsi, les exportations et les importations représentent 60% du PIB canadien.

Le nouvel Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), ratifié le mois dernier, permettra aux Canadiens de profiter du libre-échange avec un autre demi-milliard de personnes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.