Publicité
10 février 2020 - 09:00

Pas de paiement des services supplémentaires

Complexe aquatique de Laval : le consortium d'architectes s’explique

Par Salle des nouvelles

À la suite de la décision du conseil municipal de la Ville de Laval de résilier, le 4 février dernier, le contrat intervenu avec le consortium NFOE | HCMA pour la réalisation du nouveau complexe aquatique de Laval, NFOE | HCMA ont souhaité rétablir les faits.

L’attribution de ce contrat pour la conception et l’ingénierie du complexe s’est faite en 2016, à la suite d’un concours d’architecture. Les partenaires du consortium retenu se sont mis à l’œuvre rapidement afin réaliser ce projet d’envergure dans les délais prévus. La construction du projet a été scindée en plusieurs lots et les deux premiers lots, qui correspondaient à l’excavation, au réaménagement du stationnement et à l’érection des fondations, ont été octroyés à des entrepreneurs et réalisés selon l’échéancier.

L’appel d’offres public pour la construction du lot 3 du complexe a été lancé en avril 2018, à un moment où les coûts de construction de tous les nouveaux bâtiments institutionnels et industriels au Québec ont connu une hausse substantielle dans un contexte de surchauffe du marché. Cette augmentation des coûts a été stimulée encore plus par l’annonce faite par l’administration Trump, en mars 2018, de son intention d’imposer des tarifs de 25 % sur les importations d’acier. La crainte de ces taxes additionnelles élevées a rapidement influencé les soumissions de toutes les entreprises de construction, incluant celles qui ont répondu à l’appel d’offres public de la Ville de Laval.

Pas de paiement des services supplémentaires

À la suite de l’ouverture des soumissions, le consortium a constaté un écart entre les prix proposés pour la construction du complexe et l’estimation budgétaire. Les représentants de la Ville de Laval ont demandé, à compter de l’automne 2018, aux membres de l’équipe du projet de réaliser, à leurs frais, une multitude d’études afin d’identifier des pistes de réduction des coûts de construction du complexe. Les membres du consortium ont effectué tous ces travaux durant un an et remis tous les rapports demandés, sans obtenir d’orientations claires quant à la suite du projet.

En septembre 2019, les représentants de NFOE | HCMA ont proposé de refaire une partie substantielle des travaux de conception et d’ingénierie à partir d’orientations claires convenues avec la Ville, tout en soumettant deux propositions de compensation, soit un paiement sur une base forfaitaire, formule qui semblait alors privilégiée par la Ville de Laval, ou de respecter intégralement les termes du contrat qui prévoit la révision des honoraires des professionnels selon un pourcentage du coût réel de construction du complexe.

En aucun temps le consortium n’a refusé de poursuivre le projet. Le consortium demandait toutefois de recevoir, au préalable, le paiement des services supplémentaires fournis qui totalisait plus de 500 000 $, pour des services rendus à la demande de la Ville dès le début du projet, et non payés au consortium plus de 2 ans plus tard.

Malheureusement, aucune entente n’a pu être conclue avec les représentants de la Ville de Laval afin de permettre au consortium de poursuivre ses travaux pour faire progresser ce projet pour les nageurs et les plongeurs de Laval, et en permettre par la suite la construction.

Le consortium déplore la décision de la Ville de Laval de résilier son contrat, car il a toujours respecté ses obligations, sans compter tous les efforts consacrés et les ressources investies pour répondre aux demandes additionnelles et appuyer les divers services de la Ville pour assurer la réalisation de ce projet.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.