Publicité

4 juillet 2020 - 06:00

Dans le but de développer des services de proximité

David de Cotis lance une pétition sur le projet l'île Gagnon

Par Salle des nouvelles

Cette semaine, David De Cotis, conseiller municipal du quartier St-Bruno, a lancé une pétition pour une consultation publique sur le projet l'île Gagnon.

Le conseiller municipal dit constater avec «surprise» l’ampleur du projet de l’île Gagnon. Ce projet, qui n’a jamais été présenté aux conseillers municipaux lavallois, a pour but de forcer des investissements importants à la Ville.

Situé à l’entrée du quartier Sainte-Rose en provenance du nord, il aurait un impact important sur le réseau routier, nécessitant même l’ajout d’un pont, en plus d’affecter un des principaux secteurs récréotouristiques de Laval.

Développer des services de proximité

« J’ai appris l’existence de ce projet la semaine dernière, par l’intermédiaire des journaux, souligne M. De Cotis. Il s’agit d’un investissement majeur dans ce secteur. Cela représente une arrivée massive de nouveaux résidents dans ce quartier. C’est une belle occasion pour développer des services de proximité dans le Vieux Sainte-Rose. »

Il nuance: «Toutefois, la desserte routière n’a pas été prévue pour un tel volume. Je vois déjà la population réagir à cette annonce. »

« La Ville doit absolument tenir une consultation publique sur l’avenir de l’île Gagnon, ajoute David De Cotis. Dans les jours et semaines qui suivent, je ferai le lien auprès de tous les acteurs afin de mieux comprendre leurs inquiétudes et prendre leur pouls. »

En ce sens, il invite tous les acteurs et citoyens à participer à la pétition. Le conseiller municipal demandera qu’une consultation publique soit tenue avant que le projet n’ait plus loin.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.