Publicité

8 octobre 2020 - 12:00

Différents scénarios de mobilité

Cible de réduction des émissions de GES de -33 % pour Laval

Par Salle des nouvelles

La Ville de Laval poursuit ses efforts en matière de développement durable et s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 33 % d’ici 2035. Mondialement, peu de villes ont fait l’exercice de Laval, soit d’évaluer le potentiel de réduction par secteur prioritaire impliquant une analyse de faisabilité. Ceci permettra à la Ville d’ajuster les potentiels de réduction selon les résultats.

« Je suis particulièrement fier d’annoncer une série de mesures ambitieuses qui nous permettront de réduire significativement nos émissions de GES. D’ici 2035, Laval s’engage à réduire ses émissions de 33 %, et ceci est majeur. Notre cible dépasse même celle proposée par l’Accord de Paris, de manière absolue », souligne Marc Demers, maire de Laval.

L’établissement de cette cible s’inscrit dans le déploiement de sa vision stratégique Laval 2035 : urbaine de nature, voulue en cohérence avec ses engagements envers la Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie quant à l’Accord de Paris.

En outre, Laval est l’unique ville au Québec à s’être dotée d’un programme de compensation des GES. La Ville se démarque également par son suivi annuel de ses émissions de gaz à effet de serre depuis 2016, ce qui lui a permis d’obtenir une analyse des potentiels de réduction plus précise.

« Le courage politique, ce n’est pas que d’annoncer une cible ambitieuse… c’est aussi de s’assurer de l’atteindre! À la Ville de Laval, nous avons fait une analyse par secteur prioritaire qui se traduira par la mise en place de trois plans quinquennaux couvrant la période 2021 à 2035 », explique Virginie Dufour, conseillère municipale de Sainte-Rose et responsable des dossiers environnementaux.

Laval a aussi été l’une des 100 premières villes au monde à participer à l’initiative « The Environmental Insights Explorer » (EIE), de Google, qui aide celles-ci à mesurer les sources d’émission, à effectuer des analyses, en vue de créer des stratégies de réduction des émissions de GES.

Inventaires des émissions de GES

Depuis son adhésion à la Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie, la Ville de Laval s’est engagée à produire chaque année un portrait des émissions lavalloises de GES afin d’être en mesure d’évaluer l’impact des mesures de réduction qu’elle a mis et qu’elle mettra en place. Ainsi, la Ville de Laval poursuit le suivi de son empreinte carbone.

Pour consulter l'inventaire 2018 des émissions de GES, rendez-vous dans la section « Publications » de la page Web portant sur le programme de compensation des GES de la Ville de Laval.

​À noter que le rapport sur les inventaires a été présenté à l’un des comités exécutifs de juin dernier et qu’il est depuis en ligne. Il a déjà été publié pour une raison de disponibilité de données; les inventaires sont décalés de deux ans.

Une cible en fonction de la hausse de la population

La cible lavalloise a été fixée en tenant compte de l’augmentation démographique importante prévue à Laval au cours des prochaines années.

En ce qui concerne le secteur du transport routier – qui représente 70 % des émissions de GES sur le territoire lavallois –, la Ville a été soutenue par la Chaire de recherche en mobilité durable de Polytechnique Montréal, afin d’identifier le plus précisément possible les potentiels de réduction de GES en fonction de l’horizon 2035.

De manière absolue, la cible de réduction des émissions de GES de Laval se veut plus ambitieuse que celle proposée par l’Accord de Paris (-26 % par rapport à 1990).

Actions mises en place

La création de subventions et de services permettant de réduire les émissions de GES :
o   Subvention pour le vélo à assistance électrique (première québécoise),
o   Subvention pour le remplacement d’un système de chauffage au mazout – conversion à l’électricité (première québécoise),
o   Collecte porte-à-porte des appareils réfrigérants (unique au Québec);
·       L’adoption d’un Plan d’adaptation aux changements climatiques, PACC (parmi les cinq premières villes au Québec);
·       La rédaction de plusieurs mémoires et la participation à des tables de consultation sur des enjeux climatiques;
·       La Trame verte et bleue, composée de trois plans : le Plan de conservation et de mise en valeur des milieux naturels, le Plan de foresterie urbaine et le Plan directeur des parcs et espaces publics;
·       La stratégie d’acquisition des milieux naturels;
·       La protection des milieux humides d’intérêt sur le territoire via son RCI.
 
Actions prévues

·       La certification LEED pour tous les nouveaux bâtiments municipaux construits sur le territoire lavallois;
·       La construction de la future usine de biométhanisation, pour transformer les matières organiques en biogaz;
·       L’électrification de tous les autobus (atteinte d’ici 2040).

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.