Publicité

26 novembre 2020 - 14:30 | Mis à jour : 14:40

Maximum de 10 personnes, pas plus que deux fois

François Legault apporte encore des précisions sur les rassemblements des Fêtes

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À moins d’un mois de Noël, le premier ministre du Québec tenait à revenir sur le contrat moral proposé aux Québécois jeudi dernier. C’est donc lors de son point de presse de ce jeudi 26 novembre que François Legault est revenu sur le sujet alors que le Québec a enregistré près de 1500 cas positifs au cours des 24 dernières heures.

Avant d’aborder le sujet de front, M. Legault a eu une pensée pour l’adolescent de Granby qui vivait dans des conditions difficiles et dont le mode de vie a retenu l’attention dans l’actualité ces dernières heures. « C’est épouvantable et carrément choquant. Au cours des prochains jours, nous receverons le rapport de la Commission Laurent et je peux vous assurer que nous allons tout faire pour protéger nos jeunes. C’est une histoire d’horreur gênante pour le Québec et il faut jamais que cela ne se reproduise », a-t-il lancé d’entrée de jeu.

Précisions sur le contrat moral

C’est jeudi dernier, que M. Legault, flanqué de ses acolytes habituels, soit Dr. Horacio Arruda et Christian Dubé, ministre de la Santé, a présenté son plan de match pour le temps des Fêtes. Aujourd’hui, une semaine plus tard, il a tenu à en préciser certains éléments.

Premièrement, il a rappelé que seuls deux rassemblements d’un maximum de 10 personnes seront permis entre le 24 et le 27 décembre. Jeudi dernier, aucune limite n'avait été imposée par la Santé publique quant aux rassemblements permis durant cette période. 

Le Directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda a précisé pourquoi le nombre de rassemblements a changé. « Pour certains, le fait de pouvoir se rassembler entre le 24 et le 27 décembre signifiait de tenir des rassemblements de dix personnes à chaque jour, ce qui n'est vraiment pas recommandé. Nous avions peur que cette recommandation soit mal interprétée et nous avons jugé préférable de limiter les rassemblements à deux durant cette période. »

« Nous recommandons fortement de ne tenir que deux rassemblements pendant ces quatre jours, soit avec chaque côté de la famille pour les gens en couple ou marié ou qui sont, par exemple, membres d’une famille reconstituée. Je vous demande une extrême prudence dans la semaine qui précède Noël pour limiter au maximum les éclosions après la période des Fêtes », a complété M. Legault.

À propos de cette période, il a admis que l’idéal serait de rester à la maison et de faire du télétravail le plus possible. « Je comprends que les travailleurs de la santé, les camionneurs ou les éducatrices en garderie ne peuvent pas respecter cette demande. Si c’est votre cas, faites tout votre possible pour diminuer les risques. Restez à deux mètres des autres lors d’un rassemblement et portez le masque à l’intérieur en tout temps. J’ai confiance que les Québécois prendront les meilleures décisions pour eux et pour leur famille. »

Un Noël conditionnel au maintien des cas et des hospitalisations

Le premier ministre a rappelé que les rassemblements seront permis du 24 au 27 décembre seulement si la situation le permet. « Pour cela, le nombre de cas devra être maintenu et les hospitalisations aussi. Notre décision de tenir ou non des rassemblements pendant cette période dépendra de plusieurs facteurs et non d’un seul dont: l’épidémiologie, la capacité de la santé publique à contrôler les éclosions et le nombre de cas, de décès et la capacité du système de santé », a imagé le Directeur national de la Santé publique, Dr. Horacio Arruda.

D’ici là, M. Legault a réitéré que chaque geste posé par les Québécois compte et peut contribuer à sauver des vies. « Il ne faut pas lâcher. Oui, un vaccin arrive bientôt, mais on en a encore pour quelques mois. Ne relâchez pas vos efforts. Ce serait dommage de tomber au combat quelques mois avant de gagner la guerre », a-t-il conclu.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.