Publicité

21 janvier 2021 - 15:30 | Mis à jour : 15:37

Encore trop d'hospitalisations

« On ne pourra pas tout rouvrir dans les prochaines semaines », selon François Legault

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé aujourd'hui lors d'une conférence de presse à Québec qu'«on ne pourra pas tout rouvrir dans les prochaines semaines, car le nombre d'hospitalisations est encore trop important. » 

En effet, il a souligné l'importance de réduire les hospitalisations, qui s'élèvent aujourd'hui à plus de 1 400, pour pouvoir arrêter le délestage et rattraper le retard qui lui est associé. 

« Les signes sont encourageants, mais on a encore beaucoup de chemin à parcourir. Le nombre de cas par jour diminue depuis 10 jours, mais le personnel médical est épuisé. Si vous avez envie de tricher, pensez à eux! » 

Le premier ministre a également expliqué que le couvre-feu était efficace, car il permet de limiter les contacts notamment dans les maisons. « On n'exclut pas la possibilité de le prolonger, car il ne peut pas y avoir de relâchement tant qu'il y a trop d'hospitalisations. »

François Legault a cependant rappelé l'importance de limiter les contacts non essentiels, surtout avec des personnes de 65 ans et plus, car ce public représente 80 % des hospitalisations et 95 % des décès. 

Le Dr Horacio Arruda a par ailleurs exprimé que le gouvernement se préparait à toutes les possibilités, y compris celle d’une troisième vague. « Mais nous avons beaucoup appris de la première vague, puis de la deuxième, nous savons donc mieux comment agir. »

La vaccination
Le premier ministre a annoncé que presque 100 % des patients de CHSLD ont reçu la première dose du vaccin, soit 36 000 personnes sur environ 40 000.

À propos du retard de livraison de vaccins, le Dr Arruda a justifié l’attente de l’accès à la deuxième dose par un calcul d’efficacité. « Une dose à plus de personnes sauve plus de vies que deux doses à moins de personnes. »

Le retour des codes couleur ?
Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé était lui aussi présent lors de cette conférence et a abordé le point des réglementations régionales.

« On aimerait beaucoup revenir aux codes couleur, car on voit effectivement que les données sont différentes selon les régions. Cependant la situation globale est encore fragile, surtout à Montréal et à Laval. On a hâte de revenir sur des bases régionales, mais on attend que les hospitalisations diminuent. Il ne faut rien lâcher. » 

La police et les itinérants
Le premier ministre a d’abord remercié les policiers pour leur « excellent travail qui sauve des vies » et est revenu sur le cas des itinérants, en lien avec le décès de Raphaël André à Montréal dont il a dit avoir été touché.

« Les policiers connaissent les itinérants et leur réalité. Ils ne s’amusent pas à leur donner des contraventions pour rien, leur but c’est de les amener au chaud. Ma responsabilité est de trouver un équilibre pour faire appliquer le couvre-feu », a-t-il expliqué en ajoutant que le gouvernement du Québec ouvre de nouveaux hébergements au fur et à mesure que le besoin en est signalé. 

« Nous voulons tous aider les itinérants, nous n’avons pas le temps de nous diviser, il faut travailler ensemble. » 

Voyage à l’étranger
M. Legault doit avoir une rencontre avec Justin Trudeau ce soir, à laquelle il souhaite réitérer sa demande d’interdiction des voyages à l’étranger non essentiel.

« Nous sommes aussi ouverts à d’autres alternatives. Par exemple, comme en Nouvelle-Zélande, on pourrait exiger que tous les voyageurs soient mis en quarantaine dans une chambre d’hôtel, de façon surveillée et payée par le voyageur lui-même. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.