Publicité

12 mars 2021 - 11:00

De 17 à 9 étapes

Québec assouplit la bureaucratie pour créer des places en CPE

François Provost

Par François Provost, Journaliste

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé vendredi matin plusieurs mesures administratives afin de faciliter la création de places en Centre de la Petite Enfance (CPE). 

Les promoteurs qui devaient auparavant franchir 17 étapes de conformité avant de pouvoir ouvrir une nouvelle installation n'auront que 9 étapes à réaliser. 

Le ministère de la Famille espère ainsi réduire l'échéancier de réalisation d'un nouveau CPE de 36 à 24 mois

Une mise de fonds de 50 000$ sera également avancée aux promoteurs dès l'acceptation d'un projet. Les CPE n'auront plus à financer 25% des couts de l'installation et leurs projets seront admissibles à un financement gouvernemental à 100 %.

Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec avait promis en février 2019 de créer 13 5000 nouvelles places en CPE au cours de son mandat. Selon le ministère de la Famille, on estime plutôt que 10 000 places seront livrées en octobre 2022. 

Selon les chiffres de Mathieu Lacombe, 2000 places ont été mises sous permis jusqu'à présent. Il ajoute que 5000 à 7000 places devraient être développées cette année.

Mathieu Lacombe n'a pas voulu s'engager de nouveau au respect de cette promesse. 

« Pour la fin du bilan, on verra à ce moment-là », commente le ministre de la Famille. 

Le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance (CQSEPE) a dit se réjouir de l'annonce faite ce matin par le ministre de la Famille. Les partis d'opposition ont pour leur part critiqué l'incapacité du gouvernement à créer un nombre suffisant de places. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.