Publicité

6 mai 2021 - 15:42 | Mis à jour : 15:51

COVID-19

Une preuve numérique de vaccination sera disponible

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

À compter du 13 mai, toutes les personnes au Québec, qui ont été vaccinées contre la COVID-19, pourront recevoir une preuve numérique que le vaccin leur a été administré.

C'est ce qu'a annoncé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en conférence de presse aujourd'hui.

Cela constituera un deuxième document de confirmation qui s'ajoutera à la preuve papier remise après que le vaccin ait été donnée. Les vaccinés recevront un courriel, à compter de jeudi prochain et dans les jours suivants, qui les avisera qu'un code QR est disponible.

Il ne s'agit toutefois pas d'un passeport vaccinal en tant que tel et là-dessus, le ministre Dubé a signalé que le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda, avait entrepris « des travaux intensifs », à sa demande, pour que ce document puisse être livré éventuellement.

« Je m'étais engagé à ce que des preuves digitales puissent être disponibles. Maintenant que le côté technologique est réglé, on va pouvoir aller de l'avant [avec le passeport] », a dit essentiellement le ministre.

Le gouvernement ne veut toutefois pas précipiter la sortie du passeport « car on veut être clair sur les bons usages », a indiqué Dr Arruda.

Ce dernier a quand même fait valoir que cette preuve numérique pouvait déjà être utile pour signifier à d'autres, lorsque nécessaire, son état de vaccination.

Par ailleurs, Christian Dubé a invité les politiciens « à rester tranquille » et « à demeurer prudent » devant leurs engagements et promesses à la population sur la reprises des activités. Le ministre faisait ici référence, notamment, à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a annoncé que les terrasses allaient pouvoir rouvir dans sa ville à compter du 1er juin.

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.