Publicité

2 juillet 2021 - 14:00

Point du premier du premier ministre

Justin Trudeau obtient sa deuxième dose de vaccin contre la COVID-19

François Provost

Par François Provost, Journaliste

Justin Trudeau était en conférence de presse vendredi au parc Lansdowne à Ottawa pour faire point sur la réponse du Canada face à la pandémie de COVID-19. Le premier ministre du Canada venait alors tout juste d’avoir obtenu une deuxième dose de vaccin contre la COVID-19.

« Je sens bien, je me sens en sécurité et extrêmement optimiste par rapport à l'été qui s’en vient », de déclarer Justin Trudeau.

En ce lendemain de la fête du Canada, le premier ministre a déclaré fièrement que le pays était parmi les nations les plus avancées du monde en termes de vaccination.

Le Canada a reçu 50 millions de doses jusqu’à présent, alors qu’on prévoit en avoir reçu un total de 68 millions de doses d’ici la fin du mois.

Selon les chiffres du premier ministre, 35% des Canadiens ont obtenu une deuxième dose de vaccination. Selon Santé Canada, c’est 65,89% de la population totale qui ont reçu une première dose.

Si Justin Trudeau rassure que le pays est sur la bonne voie dans sa lutte contre la pandémie, il évoque la situation au Yukon afin d’illustrer qu’il faut encore faire preuve de prudence. En effet, malgré que 83% des 12 ans et plus du territoire ont reçu une première dose et 76% d’entre eux, une deuxième dose, le Yukon connaît son augmentation de cas le plus importante depuis le début de la pandémie avec 134 cas actifs en date d’aujourd’hui.

Hier, le premier ministre du Yukon a demandé l’aide du fédéral afin de contenir cette vague.

Voyages internationaux
Justin Trudeau réitère que la sécurité des Canadiens reste sa priorité en regard à la question des mesures aux frontières. 

Il dit comprendre que les Canadiens soient impatients, mais précise que la situation n’est pas encore de retour à la normale.

Le premier ministre indique que le Canada et les États-Unis sont continuellement en discussion au sujet de ces mesures aux frontières. Rappelons qu’à partir de lundi, les Canadiens entièrement vaccinés vont pouvoir voyager sans passer par une quarantaine. 

Pensionnats autochtones
À la lumières des nouvelles tombes anonymes de pensionnats autochtones découvertes en Colombie-Britannique, le premier ministre a commenté que le Canada devra continuer à « réparer les erreurs du passé », mais aussi à régler les inégalités sociales et le racisme institutionnel qui sévit toujours sur les communautés autochtones au Canada. 

S’il comprend la colère qui règne actuellement en lien avec ces découvertes macabres, Justin Trudeau dénonce la vague de vandalisme des bâtiments religieux.

« On prive les gens de lieux où les gens vont chercher du soutien spirituel », déplore-t-il.

Le premier ministre est fier du travail de réconciliation effectué jusqu’à présent, mais consent qu’il reste du travail à faire. 

« On comprend pourquoi ce n’est pas tout le monde qui voulait fêter la fête du Canada hier (...) Ça va prendre du temps. Plus que quelques années pour tout régler ».

Feux de forêt en Colombie-Britannique
Concernant les feux de forêt qui sévissent sur la Colombie-Britannique, le premier ministre a indiqué avoir été contact avec le premier ministre de la Colombie-Britannique ainsi que la maire de Lytton, village presque rasé par les flammes. 

Il évoque cette situation pour rappeler que le Canada a une responsabilité d'agir comme leader dans la lutte aux changements climatiques. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.