Publicité

5 juillet 2021 - 14:20

Le Réseau Lavalloises d’influence

Un tremplin vers la parité pour les élections municipales de novembre 2021

Par Catherine Deveault

La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) souligne la fin de son projet Femmes et pouvoir qui avait pour objectif d’outiller et d’inciter les femmes à se lancer en politique ou au sein d’instances décisionnelles. Les activités du projet se sont déployées du mois de septembre 2020 au mois de juin 2021.

Au total, environ 150 lavalloises ont pu profiter de 4 webinaires de qualité et de 2 formations sur la communication et le leadership, pour se familiariser avec l’implication en politique active ou au sein d’instances décisionnelles ou encore pour raviver la flamme d’un désir d’implication.

Débuté en janvier 2020, pour une durée d’un an et demi, le projet a permis de relancer le réseau Lavalloises d’influence qui a été négligé durant 3 années par manque de financement. Né en octobre 2007, le réseau Lavalloises d’influence a pour objectif d’outiller les femmes désireuses de se lancer en politique active ou au sein d’instances décisionnelles et de leur fournir un espace d’échanges et de partages sécuritaire.

C’est par le biais d’activités de réseautage, de formation et de sensibilisation que le réseau Lavalloises d’influence fait vivre sa mission. Le coup d’envoi du projet a été donné le 12 mars 2020, sous forme de soirée de lancement. La programmation initiale était composée d’activités stimulantes, telles que des soirées de réseautage et une simulation du Conseil de ville, entres autres.

Le projet, comme tous les pans de la société d’ailleurs, n’a pas été épargné des chamboulements causés par la Covid-19. Sans surprise, la programmation initiale est rapidement devenue caduque et il a fallu user de créativité pour adapter les activités en virtuel. Les résultats ont tout de même été concluants.

Les activités du projet avaient été mises sur pause au printemps 2020, dans la foulée du premier confinement, mais elles ont fait un retour à l’automne 2020, en virtuel.

La parité est nécessaire

La TCLCF soutient qu’il est d’une importance capitale d’avoir un tel réseau à Laval et surtout de l’entretenir, puisque les femmes qui désirent se lancer en politique active à Laval ou à s’impliquer auprès d’instances décisionnelles n’ont pas un lieu spécifique pour les aider dans leurs démarches, qui peuvent parfois être intimidantes.

Il va sans dire que la parité est précaire tant au niveau municipal, qu’aux autres paliers de gouvernance. Les femmes demeurent, encore aujourd’hui, sous représentées au sein des instances décisionnelles et sont toujours peu nommées dans des responsabilités d’importance.

D’ailleurs, plusieurs femmes qui se présentent aux élections municipales de novembre 2021 ont participés aux activités du projet au courant de la dernière année et ont exprimé leur satisfaction envers le réseau Lavalloises d’influence et surtout l’importance que le réseau a eu dans leur parcours.

La parité est importante à atteindre, à Laval, mais aussi ailleurs. Avoir davantage de femmes d’origine et de parcours diversifiés au sein des instances décisionnelles permet d’avoir une meilleure représentation de la population et une démocratie plus en santé. La TCLCF réitère donc l’importance d’un tel réseau pour les Lavalloises; un réseau qui ne devrait pas dépendre des aléas reliés au financement. La parité est importante et doit être considérée comme un service essentiel pour le bien de la démocratie et des institutions.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.