Publicité

2 novembre 2021 - 15:00

Christian Dubé a également annoncé que le télétravail n’est plus exigé

La danse et le karaoké autorisés de nouveau à partir du 15 novembre

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les amateurs de danse et de karaoké, qui s’impatientaient de ne plus pouvoir s’exprimer dans des bars ou les restaurants du Québec depuis le début de la pandémie, ont eu droit à de bonnes nouvelles aujourd’hui.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé que ce sera de nouveau permis à partir du 15 novembre, à condition de porter un masque, de se tenir à deux mètres des autres ou derrière un plexiglas.

La personne qui chante devra porter un couvre-visage si elle ne peut se placer à une distance de 2 m des musiciens, des autres chanteurs et des spectateurs ou derrière une barrière physique. Le port du couvre-visage demeurera obligatoire dans toute autre situation, sauf au moment de manger ou de boire.

M. Dubé, qui était visiblement très heureux d’annoncer ces assouplissements supplémentaires aux consignes sanitaires parce que la situation épidémiologique se stabilise, ainsi que dans les hôpitaux, ne s’attendait toutefois pas à pouvoir autoriser le karaoké.

« Je me suis un peu étouffé quand j’ai vu la recommandation du docteur Arruda pour le karaoké, a commenté le ministre. Oui, il va être possible de le faire. Je suis heureux pour le karaoké. »

Le ministre a également profité de son point de presse pour confirmer la fin de l'obligation de tenir un registre dans les restaurants, sauf pour les visites en résidence privée pour aînés.

De même, le port du masque ne sera plus obligatoire en classe dans les écoles secondaires où le masque est requis présentement.

Dans les milieux de travail, la consigne de privilégier le télétravail, lorsqu'il est possible, prend également fin, a annoncé M. Dubé. Pour les employeurs et les travailleurs concernés par cette mesure, le retour en présentiel sera possible, mais les formules mixtes permettant la poursuite du télétravail seront recommandées.

Activités extérieures

En ce qui concerne les activités sportives et récréatives extérieures, le gouvernement a également annoncé qu’ils pourront fonctionner à pleine capacité, mais le passeport vaccinal sera exigé pour les activités requérant l'utilisation d'un remonte-pente comme le ski alpin ou glisse. Les personnes devront toutefois porter un couvre-visage (le foulard et le cache-cou seront acceptés) dans les télécabines fermées.

En ce concerne le ski de fond ou le hockey, ces deux sports ne sont pas visés par le passeport vaccinal. La limite de capacité des sites doit pouvoir toutefois permettre le respect d'une distanciation de 1 m. Le couvre-visage demeurera obligatoire dans les installations intérieures entourant ces activités (chalet sans service de restauration, cabane à patins, etc.).

En ce qui a trait aux chalets ayant une offre de restauration, le passeport vaccinal sera nécessaire pour accéder aux espaces de restauration et aux bars (incluant les cafétérias et salles où il est possible de consommer un repas). L'application du passeport vaccinal pour permettre l'accès aux autres sections du chalet sera à la convenance de l'exploitant. Le port du couvre-visage demeurera obligatoire, sauf au moment de manger ou de boire.

Gyms

Dans les gyms, le port du couvre-visage sera exigé lors des déplacements à l'intérieur. Il pourra toutefois être retiré lors d'une activité physique intense (p. ex. : tapis roulant). Dans ce cas, une distance de 2 m devra être respectée et le passeport vaccinal sera nécessaire pour accéder à ces lieux.

À l'intérieur, il n'y aura plus de limite de participants par plateau pour les activités sportives et récréatives puisque le passeport vaccinal sera exigé. À l'intérieur, le couvre-visage sera obligatoire lors des déplacements, mais pourra être retiré lors d'une activité physique intense.

Dans le cas des sites à accès libre, la limite de la capacité devra permettre une distanciation de 1 m, et le port du couvre-visage sera exigé.

Rassemblements publics

Tous les rassemblements publics pourront permettre aux participants d'être debout, de ne pas avoir de place assise ou assignée et de danser.

Pour les activités essentielles, par exemple liées au travail ou aux cérémonies comme des mariages, des funérailles ou des cérémonies religieuses, le passeport ne sera pas obligatoire, mais la distanciation de 1 m, le port du couvre-visage et une limite de 250 personnes à l'intérieur (500 à l'extérieur) seront imposés.

Les rassemblements non essentiels, par exemple les congrès, les conférences, les spectacles, les festivals et les évènements, exigeront le passeport, mais le respect d'une distanciation ne sera plus requis et il n'y aura plus de limite de capacité. Le couvre-visage demeurera toutefois obligatoire à l'intérieur, sauf pour boire et manger.

« Dans la continuité des allègements déjà annoncés, ces assouplissements témoignent de nos efforts pour ajuster les mesures à la réalité épidémiologique observée en ce moment, a conclut Christian Dubé. Il demeure crucial de rester prudent, mais il faut aussi redonner un peu d'espoir aux Québécois, de manière réaliste, en vue de redynamiser l'économie et les activités liées à une vie plus normale. C'est donc un grand plaisir pour moi de faire cette annonce, en invitant quand même les gens à la vigilance, si nous voulons que cette ouverture se poursuive progressivement au cours des prochains mois. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.