Publicité

11 janvier 2022 - 16:32

COVID-19

Luc Boileau remplacera Horacio Arruda

Par Mathieu Savard, Journaliste

Le premier ministre du Québec, François Legault a été clair aujourd'hui sur le fait que malgré l'arrivée d'un nouveau directeur à la tête de la santé publique avec le docteur Luc Boileau, la cellule de crise ne sera pas transformée en pleine vague de COVID-19.

Il a rapidement refroidi les ardeurs des oppositions qui souhaitaient voir un changement rapide à la tête de la santé publique de la province : « Pour le moment, l’important c’est passer à travers la cinquième vague », a souligné François Legault.

« Notre priorité est de travailler » sur la crise, a ajouté le ministre de la santé, Christian Dubé.

Malgré la proximité entre lui et Horacio Arruda, François Legault voit d’un bon œil l’arrivée du docteur Luc Boileau : « Après 22 mois, à répondre aux interrogations, je peux comprendre que c’est lourd et qu’il y a des avantages à avoir une nouvelle personne pour répondre aux questions ».

Luc Boileau est un médecin diplômé de l'Université de Sherbrooke et détenteur d'une maîtrise en administration de la santé de l'Université de Montréal. Il était président-directeur général de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) depuis 2015. 

À propos de la fonction que le docteur Boileau va occuper : «J’assume que cette fonction-là doit être indépendante et dans l’exercice que je compte faire, elle le sera », soutient le nouveau directeur de la santé publique.

Les différentes demandes des oppositions en matière d'indépendance et de nomination du directeur national de la santé publique devront donc attendre.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.