X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse du Dr Boileau

La vaccination et le port du masque restent les meilleurs moyens de combattre la pandémie

durée 08h30
24 février 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste

En conférence de presse aujourd’hui, le directeur national de santé publique du Québec par intérim, Luc Boileau, a longuement insisté sur l’importance de porter le masque et de se faire vacciner afin de venir à bout de la pandémie de COVID-19.

Les dernières données sur l’évolution du variant Omicron dans la province indiquent que la situation « s'améliore, mais elle n’est pas réglée. » Tout semble s’en aller dans le bon sens, mais la province n’est pas à l'abri d’une prochaine vague portée par un nouveau variant. Même si la Santé publique estime que ce scénario n’arrivera pas au cours des prochaines semaines, mais peut-être plutôt dans plusieurs mois, il faut rester vigilant. 

« Nous sommes un peu préoccupés par le sous-variant BA-2, car il est plus contagieux, mais il n'est pas plus dangereux », a précisé le Dr Boileau. Il semblerait qu’environ 3% des cas de COVID-19 au Québec se rapportent à BA-2.

Sous les recommandations de la Santé publique, le gouvernement se concentre présentement sur les élèves de primaires et de secondaires. La vaccination va bon train de ce côté-là, surtout pour les adolescents. Notons aussi que le port du masque sera bientôt supprimé, dès le 7 mars, dans les classes lorsque les élèves sont assis.

Dans les milieux de travail
Par ailleurs, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé ce matin des ajustements de certaines mesures sanitaires dans les milieux de travail, qui entreront en vigueur le lundi 28 février prochain.

À partir de cette date, voilà ce qui changera :

• Le télétravail n’est plus obligatoire; le retour progressif est possible en mode hybride.

• Le port du masque de qualité en continu n’est plus obligatoire s’il y a une distanciation physique (2 m) ou la présence de barrières physiques. Toutefois, le port du masque de qualité demeure nécessaire dans les aires de circulation.

• La capacité peut aller jusqu’à 100 % dans les transports. Le port du masque de qualité en continu est toujours requis. La consommation de nourriture et de boissons est limitée, mais non recommandée.

• Aucune distanciation physique ni barrière physique ne sont requises durant la consommation de nourriture dans les salles à manger et les salles de repos; le port du masque de qualité est requis lorsqu’il n’y a pas de consommation de nourriture.

Notons que les mesures suivantes demeurent obligatoires en tout temps : l’exclusion des personnes symptomatiques, l’hygiène des mains, l’étiquette respiratoire, le nettoyage et la désinfection des surfaces (ex. : salles des toilettes) selon les exigences réglementaires applicables, de même que le nettoyage à chaque quart de travail des surfaces hautement touchées.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


27 mai 2022

Projet de loi sur l'aide médicale à mourir: Dubé retire un article controversé

Le ministre de la Santé s’incline devant les critiques et accepte de retirer un article controversé de son projet de loi sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir (AMM). Christian Dubé a annoncé jeudi en point de presse à l’Assemblée nationale qu’il renonçait à élargir l’AMM aux personnes souffrant d’un handicap neuromoteur grave, comme la ...

26 mai 2022

Une victoire pour la reconnaissance des impacts de la violence conjugale et familiale sur les femmes violentées et leurs enfants

La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) tient à saluer le nouveau jugement de la Cour suprême du Canada, dans la cause Barendregt c. Grebliunas, stipulant que le déménagement des enfants du couple pour aller vivre avec leur mère, dans une autre région que celle du conjoint violent, était dans leur meilleur intérêt.  Les juges ...

26 mai 2022

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...