X
Rechercher
Publicité

Mise en place de 14 passerelles

Québec précise les mesures mises en place pour accueillir les Ukrainiens

durée 11h30
24 mars 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement du Québec précise les mesures mises en place pour accueillir les Ukrainiens qui fuient la guerre dans leur pays.

Ces derniers seront notamment dirigés vers un kiosque d’accueil du gouvernement du Québec à leur arrivée à l’aéroport Montréal−Trudeau afin d’établir un contact direct avec eux dès leur arrivée en sol québécois, a indiqué jeudi matin le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, qui cumule aussi les fonctions de ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

Les ressortissants ukrainiens pourront bénéficier d’un hébergement temporaire, mais aussi d’une aide pour la recherche d’un logement permanent.

On les dirigera aussi vers les services offerts en éducation pour leurs enfants au préscolaire, au primaire et au secondaire, mais aussi en matière d’aide à l’emploi, d’intégration et d’apprentissage du français.

« Le gouvernement suit de près la situation en Ukraine. Ce que nous voulons c’est mettre les bouchées doubles dès maintenant pour la mise en place de mesures appropriées pour accueillir dignement les personnes ukrainiennes dès leur arrivée au Québec», a affirmé le ministre Boulet.

Le MIFI travaillera notamment de concert avec des organismes de la communauté ukrainienne et de la Croix−Rouge pour offrir des services adaptés aux besoins des personnes provenant de l’Ukraine.

Ces personnes auront aussi accès à divers services en santé, a précisé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

« Nous pouvons d’ailleurs compter, partout au Québec, sur 14 cliniques de personnes réfugiées qui agissent à titre de passerelles. Ces importantes ressources spécialisées sauront répondre adéquatement aux besoins de ces personnes qui seront accueillies chez nous», a indiqué M. Dubé.

Pour sa part, le ministre de l’Éducation, Jean−François Roberge, soutient que tout sera mis en oeuvre pour faciliter cette transition aux enfants ukrainiens.

«Nous prendrons soin de les aider, en gardant en tête leurs possibles besoins particuliers. Des services d’accueil, de francisation, d’interprétation et de soutien psychologique pourront bien entendu être offerts», a affirmé M. Roberge.

Une ligne téléphonique dédiée aux ressortissants ukrainiens a également été créée pour les informer et les guider dans leurs démarches au Québec. Il s’agit du (514) 789−1866 dans la région de Montréal ou du 1− 833−556−1866 ailleurs au Québec ou par courriel à [email protected]

Les employeurs qui désirent recruter des Ukrainiens et des Ukrainiennes à leur arrivée au Québec pourront aussi le faire en utilisant les outils mis à leur disposition par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, a rappelé le ministre Boulet.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


27 mai 2022

Projet de loi sur l'aide médicale à mourir: Dubé retire un article controversé

Le ministre de la Santé s’incline devant les critiques et accepte de retirer un article controversé de son projet de loi sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir (AMM). Christian Dubé a annoncé jeudi en point de presse à l’Assemblée nationale qu’il renonçait à élargir l’AMM aux personnes souffrant d’un handicap neuromoteur grave, comme la ...

26 mai 2022

Une victoire pour la reconnaissance des impacts de la violence conjugale et familiale sur les femmes violentées et leurs enfants

La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) tient à saluer le nouveau jugement de la Cour suprême du Canada, dans la cause Barendregt c. Grebliunas, stipulant que le déménagement des enfants du couple pour aller vivre avec leur mère, dans une autre région que celle du conjoint violent, était dans leur meilleur intérêt.  Les juges ...

26 mai 2022

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...