Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Action Laval

David De Cotis s'engage pour le sport

durée 14h30
12 avril 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Le conseiller municipal d’Action Laval pour le district de Saint-Bruno, Monsieur David De Cotis, a vu sa proposition faire l’unanimité lors de la dernière assemblée du dernier conseil municipal.

Avec plus de 430 K habitants, la Ville de Laval doit prendre en considération des infrastructures sportives variées. La grande région métropolitaine a perdu l’unique endroit où les cyclistes pouvaient s’entraîner après la fermeture du vélodrome olympique.

Dans l’objectif d’offrir un espace d’entraînement sécuritaire aux cyclistes, triathloniens et patineurs à roues alignées lavallois, M. De Cotis a proposé l’installation d’infrastructures simples destinées à l’entraînement cycliste. Il s’agirait d’un circuit dédié aux cyclistes et où ils n’auraient pas à côtoyer les véhicules automobiles.

« Les pistes cyclables sont excellentes pour la mobilité active et pour le loisir, mais elles se prêtent beaucoup moins bien à l’entraînement. L’idée est d’offrir un endroit sécuritaire pour l’entraînement cycliste, un endroit où les voitures ne frôleront pas les cyclistes à grande vitesse. », mentionne le conseiller municipal.

Sa proposition a été adoptée à l’unanimité lors du dernier conseil. La direction municipale aura le mandat de faire une étude de faisabilité, première étape pour lancer le projet. Un véritable vélodrome serait dispendieux et ne viserait qu’une clientèle limitée. Ce qui est plutôt recherché est d’offrir un espace pour le vélo sur route.

« Avec des pistes cyclables sécuritaires et un endroit pour l’entraînement cycliste, Laval deviendra invitante pour les cyclistes de toute la région. Puisqu’il n’y en a pas d’autres dans la région, ce sera un nouvel attrait touristique pour Laval. Il faut simplement bien faire les choses. », ajoute Monsieur De Cotis.

Avec ce type d’infrastructure, les cyclistes retrouveront un endroit pour pratiquer leur sport favori, le tout dans un cadre sécuritaire. Ce parc-vélo pourrait recevoir les athlètes, mais aussi les écoles, les organisations sportives et tous les citoyens qui désirent pratiquer ces sports.

Action Laval est la principale opposition à la Ville de Laval, composé de cinq élus : Aglaia Revelakis (Chomedey), Achille Cifelli (Chef par intérim, Val-des-Arbres), David De Cotis (Saint-Bruno), Isabelle Piché (Saint-François) et Paolo Galati (Saint-Vincent-de-Paul). Action Laval entend avoir un œil attentif sur les finances de la Ville afin d’améliorer la transparence des décisions, ainsi que l’imputabilité des décideurs, tout en assurant la reddition de compte de l’administration. L’intérêt supérieur des citoyens est le cœur de la démarche des conseillers municipaux d’Action Laval.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...