Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Élections du 3 octobre 2022

François Legault ne croit pas que la publicité préélectorale puisse être réglementée

durée 17h00
18 août 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault ne voit pas comment le Directeur général des élections pourrait freiner les dépenses publicitaires en période préélectorale.

Dans une entrevue avec La Presse Canadienne la semaine dernière, le directeur, Pierre Reid, se disait d’avis qu’il faut resserrer la loi électorale pour mettre fin à ce qu’il a qualifié de «bar ouvert».

Difficile en effet d’échapper au barrage publicitaire qui a cours depuis quelques semaines déjà, sinon des mois dans certains cas. Ces dépenses publicitaires partisanes ne sont pas comptabilisées comme la loi l’impose une fois que les élections sont déclenchées.

Alors que M. Reid disait vouloir ainsi «donner une chance égale à tous», François Legault estime au contraire que c’est déjà le cas.

«C'était écrit dans le ciel à partir du moment où on met des élections à date fixe, tout le monde sait depuis longtemps qu'il y a une élection le 3 octobre. Ça fait que tous les partis politiques sont sur un pied d'égalité», a-t-il lancé jeudi, alors qu’il se trouvait à Sainte-Adèle dans les Laurentides pour présenter France-Élaine Duranceau, qui sera candidate caquiste dans la circonscription de Bertrand.

«Ça va bien notre affaire»
Pourtant, il a lui-même reconnu du même souffle que cette égalité n’est que théorique.

«Il y a beaucoup de monde qui ont souvent dit que les libéraux ont un trésor de guerre et ont toujours beaucoup plus d'argent que les autres. Bon, là c'est rendu que la CAQ, ça va bien notre affaire», a-t-il déclaré, précisant toutefois que son parti respectait «de façon religieuse» les règles voulant que les publicités partisanes soient payées à 100 % par le parti et non par des fonds publics. 

Mais pour le premier ministre, il semble clair que de vouloir réglementer les dépenses publicitaires partisanes avant le déclenchement des élections est illusoire.

«Si, demain matin, on change la loi – d’habitude une campagne électorale dure cinq semaines – et qu’on dit qu'il ne faut pas qu'il y ait de publicité ou que les coûts soient (comptabilisés parmi les dépenses électorales) dans les dix semaines avant, je vous prédis qu'il y a du monde qui vont faire de la publicité 11 semaines avant.»

«Où trace-t-on la ligne?»
«C'est qu'à un moment donné, où trace-t-on la ligne?» s’est-il interrogé.

«Le Parti libéral a sorti son programme au printemps. On ne peut pas empêcher un parti politique de faire connaître ses idées et d'en faire la promotion», a conclu le premier ministre, visiblement à l’aise avec les façons de faire actuelles.

La décision de tenir des élections à date fixe visait surtout à empêcher le parti au pouvoir d’utiliser le pouvoir de déclencher des élections au moment de son choix comme une arme électorale. Certains gouvernements pouvaient ainsi étirer leurs mandats jusqu’à cinq ans ou déclencher prématurément pour prendre leurs adversaires de court.

Cette incertitude rendait difficile le lancement de campagnes publicitaires préélectorales. Un des effets de l’imposition d’une date fixe pour les élections est de permettre à tous les partis de décider de faire de la publicité bien avant le déclenchement, sachant quand le scrutin aura lieu, ce qui favorise évidemment les partis mieux nantis financièrement. Or, c’est justement pour éliminer cet avantage que les règles entourant les dépenses électorales ont été mises sur pied, mais elles ne s’appliquent qu’à partir du moment où l’élection est déclenchée.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h53

Hockey Québec désavoue Hockey Canada et retient des fonds qui lui sont destinés

Hockey Québec a adopté une motion de désaveu envers Hockey Canada, en laquelle la fédération provinciale n'a plus confiance, et retiendra des fonds habituellement transférés à l'organisme national. La motion, adoptée lors de la séance du conseil d'administration de Hockey Québec mardi soir, a d'abord été rapportée par La Presse. Cette motion ...

durée Hier 13h26

Immigration: Trudeau maintient sa position face aux demandes de Legault

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a semblé maintenir la porte fermée, mercredi, face aux demandes de son homologue québécois, François Legault, pour des pouvoirs accrus en immigration. «On a parlé de la protection du français et, comme vous le savez, on est là pour protéger le français au Québec et partout à travers le pays. On va ...

4 octobre 2022

Deux juristes s'opposent sur la mention de la Charte de la langue française dans C-13

Deux éminents juristes ont présenté des opinions divergentes quant à la mention de la Charte de la langue française dans le projet de loi visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, lors d'une comparution lundi devant un comité sénatorial. Questionné par le sénateur montréalais Tony Loffreda qui se demandait s'il s'agit d'un «terrain ...