Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Encore trop de chirurgies oncologiques hors délais, dénonce l'opposition officielle

durée 09h00
20 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Près de 1000 Québécois atteints d'un cancer attendent leur chirurgie oncologique depuis plus de 56 jours, a déploré mardi le porte-parole libéral en matière de santé, André Fortin. 

La cible du gouvernement pour l'accès à la chirurgie oncologique est que 90 % des patients médicalement prêts soient opérés en moins de 28 jours et 100 % en moins de 56 jours.

Au moment du dépôt du premier plan de rattrapage des chirurgies en juin 2021, 353 patients atteints d'un cancer attendaient leur chirurgie depuis plus de 56 jours. Deux ans plus tard, ce chiffre a grimpé à 892.

«Ça fait trois fois que le ministre présente un plan de rattrapage en chirurgie et à chaque fois, ça s'empire, a dénoncé M. Fortin lors de la période des questions à l'Assemblée nationale. C'est écœurant de faire ça aux patients.»

L'élu libéral de Pontiac a accusé le ministre de la Santé, Christian Dubé, d'être «complaisant» et de manquer «d'empressement». 

Il a souligné qu'actuellement, ce sont 87 patients atteints d'un cancer de la prostate, 66 d'un cancer du sein et 55 d'un cancer du poumon qui ne se font pas opérer dans les temps requis.

«Pouvez-vous démontrer un minimum d'urgence, s'il vous plaît?» a-t-il lancé au ministre.

M. Dubé a répondu en disant avoir «beaucoup d'empathie pour les gens qui sont sur les listes d'attente».

«Les médecins nous disent: "Je ne suis pas capable d'opérer, parce que j'ai des patients qui prennent un lit, qui prennent une place à l'hôpital, alors qu'ils devraient être libérés." (...) C'est ça, notre enjeu», a-t-il déclaré.

«On prend tous les moyens nécessaires avec les cliniques médicales spécialisées, on fait tout ce qui est possible en ce moment, (mais) on a des moyens limités», a-t-il ajouté.

Au moment d'aborder un autre enjeu, celui des ruptures de services pour les femmes enceintes en Gaspésie, le ministre Dubé a évoqué les vacances des infirmières.

Il a déclaré que le gouvernement avait fait le choix cet été de permettre aux infirmières de prendre une pause. Au mois d'août, 80 000 d'entre elles étaient absentes du réseau pour diverses raisons incluant les vacances, a-t-il dit. 

Selon les libéraux, forcer des femmes enceintes à parcourir des centaines de kilomètres pour avoir accès à des soins est inadmissible. «Non seulement on met leur sécurité à risque, mais aussi celle de leurs bébés», a déploré le député Enrico Ciccone.

«Est-ce qu'on devrait empêcher nos infirmières de prendre des vacances?» a alors demandé M. Dubé.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 mai 2024

Rapport financier 2023 : Parti Laval demande au maire de rectifier le tir

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Parti Laval.  Au lendemain de la publication du rapport du maire de Laval concernant le Rapport financier annuel 2023, les représentants de Parti Laval, Claude Larochelle et Louise Lortie, décrient le manque de transparence de l’administration Boyer. ...

13 mai 2024

Action Laval considère que le maire s'oppose à plus de transparence

Notre média reproduit intégralement le communiqué du parti de l'opposition au conseil municipal, Action Laval.  En réponse à la proposition de mettre sur pied un Comité de Finances publiques du conseiller municipal du district Saint-Bruno pour Action Laval, David De Cotis, le Maire s’y est radicalement opposé, préférant réserver ce droit au ...

10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...